Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A l'hôpital d'Albertville, les femmes victimes de violences peuvent déposer plainte facilement

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Une convention a été signée lundi matin entre différents partenaires : police, gendarmerie, justice, centre hospitalier d'Albertville (Savoie). L'objectif est de recueillir la parole des femmes victimes et de leur permettre de faire un dépôt de plainte, au sein même de l’hôpital.

Deux infirmières dans un couloir d'hôpital (illustration)
Deux infirmières dans un couloir d'hôpital (illustration) © Getty - Luis Alvarez

Albertville, France

La lutte contre les violences faites aux femmes se traduit de façon très concrète en Savoie. A Albertville, par exemple, les femmes peuvent désormais faire un dépôt de plainte simplifié à l'hôpital. Une convention a été signée lundi matin. Une convention comme un engagement entre l'hôpital, la police et la gendarmerie mais aussi avec la procureur de la république pour plus d'efficacité auprès des victimes. Tous ces partenaires sont conscients de passer à côté de nombreuses situations dramatiques mais ça avance. 

"On est sur le bon chemin, il y a 10 ans on ne connaissait pas le mécanisme psychologique d’une femme victime de violence." - Laëtitia Philippon, directrice départementale de la Sécurité publique

Mieux recueillir la parole des victimes c'est être là, au bon moment, au bon endroit. Être là à l'hôpital par exemple « aux urgences on repère des signes, des coups, des fractures, puis la parole se libère entre la victime et le soignant précise le directeur général de l’établissement Florent Chambaz. Avec cette convention, on concrétise les choses

"A l’hôpital nous avons un bureau pour ces victimes et un formulaire simplifié pour le dépôt de plainte. Par ailleurs les soignants sont formés pour recueillir la parole des victimes" - Florent Chambaz, directeur Général de l'établissement

Une convention pour l'accueil et la prise de plainte des victimes au centre hospitalier Albertville Moutiers  - Radio France
Une convention pour l'accueil et la prise de plainte des victimes au centre hospitalier Albertville Moutiers © Radio France - Anabelle Gallotti

Mieux recueillir la parole des victimes c'est être là, au bon moment, au bon endroit. Être là à l'hôpital par exemple « aux urgences on repère des signes, des coups, des fractures, puis la parole se libère entre la victime et le soignant précise le directeur général de l’établissement Florent Chambaz. Avec cette convention, on concrétise les choses

A l’hôpital nous avons un bureau pour ces victimes et un formulaire simplifié pour le dépôt de plainte. Par ailleurs les soignants sont formés pour recueillir la parole des victimes - le Directeur Général de l'établissement Florent Chambaz

Voilà tout ce qui est mis en place pour les victimes. Mais il faudrait aussi plus de moyens humains et matériels, selon la Procureur de la République

En Savoie, environ 600 faits de violences conjugales sont constatés par les forces de l'ordre chaque année. Mais on estime que seulement 10 à 20% des faits de violences conjugales font l'objet d'un dépôt de plainte. 

Un numéro d'écoute est à votre disposition, c'est le 39 19.  - Radio France
Un numéro d'écoute est à votre disposition, c'est le 39 19. © Radio France - Aurore Richard
  - Visactu
© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu