Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A l'image de la Bretagne, Ouessant fait le plein de touristes

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

La bonne santé du tourisme en Bretagne est particulièrement vraie cet été à Ouessant, la commune la plus à l'ouest de l'hexagone. Isolée à 20 kilomètres du continent, la plus sauvage des îles du Ponant connaît un afflux de visiteurs depuis la mi-juillet. Une nécessité pour l'économie locale.

Cinq à six bateaux déversent chaque jour jusqu'à un millier de visiteurs au port du Stiff.
Cinq à six bateaux déversent chaque jour jusqu'à un millier de visiteurs au port du Stiff. © Radio France - Nicolas Olivier

A Ouessant, ce mois de juillet 2020 restera dans les mémoires. L'île du bout du monde a fait le plein de touristes : sa population a été multipliée par quatre, selon le maire Denis Palluel. "On est plutôt surpris parce que le mois de juillet c'est plutôt calme d'habitude, là ça ressemble à un mois d'août. L'autre jour, j'ai compté plus de soixante bateaux dans la baie de Lampaul alors qu'on a à peine trente mouillages, c'est un peu un record."

Tout est complet

Patron d'une pizzeria en bas du bourg depuis 25 ans, Ludovic Avril confirme qu'il a rarement vu autant de monde à cette période. "C'est vrai que c'est un mois de juillet exceptionnel, on voit que les gens ont eu besoin de venir, de changer d'air."

Trouver un hébergement sur l'île est devenu impossible : hôtels, gîtes et camping affichent complet depuis des semaines. Les réservations sont allées très vite dès le déconfinement. Et chaque matin, cinq ou six bateaux pleins à craquer débarquent au port du Stiff des centaines de visiteurs, la plupart seulement pour quelques heures, comme Sébastien originaire du Tarn-et-Garonne : "On était à Saint-Nic et on voulait se faire une île pour la journée. C'est très joli, c'est une belle île."

Le bourg de Lampaul, point de passage obligé entre le Stiff et le Créac'h.
Le bourg de Lampaul, point de passage obligé entre le Stiff et le Créac'h. © Radio France - Nicolas Olivier

Le tourisme fait vivre Ouessant toute l'année

Une clientèle essentielle pour l'île, peut-être un peu trop. "On travaille pour qu'elle ne soit pas mono-dépendante du tourisme parce qu'on lance pas mal d'initiatives sur l'agriculture ou le commerce, explique le maire de Ouessant. Mais évidemment on est très dépendants du tourisme, et pas simplement l'été car c'est ce qui fait vivre l'île toute l'année."

Le maire de l'île d'Ouessant Denis Palluel, devant les nombreux bateaux au mouillage en baie de Lampaul.
Le maire de l'île d'Ouessant Denis Palluel, devant les nombreux bateaux au mouillage en baie de Lampaul. © Radio France - Nicolas Olivier

Certains commerces ne fonctionnent que par et pour les touristes, comme les loueurs de vélos et les services de navettes. Au volant de son minibus, Pauline Quantin (Eussa Découverte) passe la journée à slalomer entre les grappe de cyclistes dans les ruelles étroites de Lampaul et sur les petites routes. "Il faut jouer le jeu, les gens sont en vacances donc ils regardent le plan au milieu de la route, c'est comme ça (rires)..."

Passer l'hiver

Dans l'ensemble, les commerçants sont naturellement ravis de retrouver la pleine activité. "C'est super, il faut que ça continue comme ça, s'exclame Yannick Quantin, gérant d'Ouessant cycles, qui a sorti tous ses vélos ce qui n'arrive habituellement que deux ou trois jours dans l'année. Mais le président de la toute nouvelle association des commerçants est lucide, cela ne suffira pas. "Même avec les quinze jours qu'on vient de faire je suis à minimum 60% de chiffre d'affaires de perdu, c'est irrattrapable à mon avis... On espère juste sauver la saison, garder nos employés et pouvoir passer l'hiver."

La crise sanitaire reste une épée de Damoclès : quatre cas de Covid-19 sont apparus récemment sur l'île, et leur médiatisation a entraîné quelques annulations de séjours en fin de mois. Les professionnels espèrent que l'épidémie ne viendra pas ruiner cette saison prometteuse. Tous l'affirment : beaucoup de commerçants ouessantins ne s'en relèveraient pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess