Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A la carrière d'Emerchicourt, des centaines de baigneurs malgré l'interdiction

-
Par , France Bleu Nord

En ces temps de canicule, il est parfois difficile de trouver un point de baignade au calme. Alors pour se rafraîchir, certains vont jusqu'à prendre des risques. Exemple à la carrière d'Emerchicourt, où la baignade est interdite, et surtout dangereuse.

A la carrière d'Emerchicourt, l'eau est turquoise mais la baignade interdite
A la carrière d'Emerchicourt, l'eau est turquoise mais la baignade interdite © Radio France - Alice Ancelin

Eau turquoise et étendues de craie blanche : le cadre est idyllique. Chaque semaine, de nombreux baigneurs affluent pour piquer une tête dans ce lieu que l'on surnomme le "lac bleu". Pourtant, en plus d'être une propriété privée, la carrière d'Emerchicourt, dans le Douaisis, est surtout très dangereuse. 

"Par certains endroits, c'est très profond, jusqu'à 20 à 40 mètres, affirme Régis Roussel, le maire de la commune. Et avec une chaleur comme aujourd'hui, il doit faire 40°C dans cet espace clôt, et la température de l'eau se situe elle entre 10 et 15°C. Donc il y a des risques de chocs thermiques et d'hydrocution", ajoute-t-il. Des dangers récemment rappelés par la gendarmerie de Valenciennes dans un post sur les réseaux sociaux. 

Laissée à l'abandon depuis plus de dix ans, la carrière demeure depuis sans surveillance. "Pas de surveillance, pas de gardien, pas de sauveteur, donc pas de réanimation possible, rappelle le maire d'Emerchicourt. Même les pompiers ne peuvent plus accéder à cet espace.

Deux morts en 10 ans

En 2005 et 2008, deux jeunes hommes se sont ainsi noyés dans les eaux de la carrière. Et il y a deux ans, une adolescente s'est gravement blessée en sautant d'une falaise. Elle est depuis tétraplégique

On ne fait rien de mal, on vient juste se baigner

Si le danger est réel, il semble pourtant minimisé par les baigneurs. "On ne fait rien de mal, on vient juste se baigner", affirme Priscilla, venue avec trois amis pour la deuxième fois de l'été. Même discours un peu plus loin, avec Hugo et Issam, qui ont apporté transats et glacières. "On ne va jamais trop loin, là où on n'a pas pied, explique Issam, originaire de Tourcoing. On fait attention et on nage tranquillement, sur une bouée."

Des jeunes se baignent dans la carrière d'Emerchicourt (Nord)
Des jeunes se baignent dans la carrière d'Emerchicourt (Nord) © Radio France - Stéphane Barbereau

Un arrêté municipal déposé la semaine dernière

Pour tenter de refroidir les baigneurs, les mairies d'Emerchicourt, Aniche, et Abscon ont déposé un arrêté municipal interdisant l'accès au lieu. Le propriétaire de la carrière a également déposé des tas de gravats devant l'entrée du site, en vain. "J'étais présent lorsque les gendarmes ont posé les barrières, raconte Régis Roussel. On dit aux gens, 'vous savez, c'est un lieu privé, vous n'avez pas le droit d'entrer'. La réponse que l'on a très souvent, c'est 'oui oui on sait, on ne fait que se promener'. Mais on n'est pas idiots, ils arrivent en tongs, maillots de bain, avec leurs serviettes de plage... On sait très bien où ils vont."

Devant l'entrée de la carrière, le propriétaire a déversé des gravats pour empêcher l'accès.
Devant l'entrée de la carrière, le propriétaire a déversé des gravats pour empêcher l'accès. © Radio France - Alice Ancelin

Dernière solution pour la municipalité : trouver un autre lieu de baignade, public et sécurisé. "Ces jeunes, s'ils viennent ici, c'est parce qu'ils n'ont pas trouver d'autres points d'eau, estime Régis Roussel. Nous avons envie de proposer de nouvelles choses, mais c'est financièrement que ça coince. Il nous faudrait de l'aide de la part des collectivités et de la région."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess