Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Seine-Saint-Denis, l'Assurance Maladie veut fermer son dernier centre dentaire dans le département

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

À La Courneuve (Seine-Saint-Denis), la Caisse Primaire d'Assurance Maladie souhaite fermer son centre dentaire, ouvert il y deux ans seulement. L'équipe sur place et le maire de la ville se mobilisent pour le sauver.

Banderole accrochée aux grilles de la CPAM du 93 à La Courneuve pour réclamer le maintien du centre dentaire dans la ville
Banderole accrochée aux grilles de la CPAM du 93 à La Courneuve pour réclamer le maintien du centre dentaire dans la ville © Radio France - Hajera Mohammad

C'est le département le plus pauvre de la métropole, celui qui a payé l'un des plus lourd tribut pendant cette crise sanitaire et le plus grand désert médical de zone urbaine : la Seine-Saint-Denis. Malgré toutes ces données, la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) du 93 envisage de fermer son dernier centre dentaire sur place, à La Courneuve.

Un centre inauguré en 2018

Ce centre a été inauguré il y a deux ans seulement mais il est déjà menacé de fermeture à cause d'un énorme déficit qui s'élève à 400.000 euros. Mais pour les patients, cette décision est incompréhensible : "Il marche bien ce centre, il y a toujours plein de monde, pourquoi le fermer alors ? Et puis, il est juste à côté de chez nous, on a juste à le traverser", nous dit Rokia, venue accompagner son fils pour un contrôle de bagues. Driss, lui non plus, ne comprend pas. Surtout il angoisse à l'idée de devoir chercher un nouveau dentiste, car le choix est très limité dans le coin, rappelle-t-il. "Pour avoir un rendez-vous ailleurs, il faut attendre parfois deux, trois, quatre mois." Ici, il a obtenu un rendez-vous en une semaine.

"On a les boules"

L'équipe du centre, ne cache pas non plus sa consternation. "On a les boules", reconnaît, les larmes aux yeux, Ammaria. L'assistante dentaire a l'impression, avec ses collègues, de payer la mauvaise gestion de la structure depuis sa création. La preuve, ce jour-là, elle est à l'accueil au poste de secrétaire "parce qu'il n'y a personne d'autre pour le faire, alors que ce n'est pas mon métier". Les quatre orthodontistes et la chirurgienne-dentiste, encore présentes (il y avait 12 dentistes au départ), se demandent surtout à quelle sauce elles vont être mangées. La plupart vivent dans le 93 et ne veulent pas aller travailler dans les départements voisins. "La CPAM nous propose de travailler dans des bureaux dans ce cas, sur des postes qui n'ont rien à voir", explique Hakima, une autre assistante dentaire.

Des patients démunis

Mais ce qui révolte l'équipe aussi, c'est le sentiment "d'abandonner"l es patients. "L'orthodontie, ce sont des patients qu'on voit régulièrement, ils ont des appareils dentaires et quand on voit un enfant pour redresser les dents, il en a au moins pour trois ans de traitement. Certains en sont au début, d'autre au milieu... On en fait quoi ?", s'interroge Ammaria, qui affirme n'avoir reçue aucune consigne pour rediriger les familles vers des structures voisines ou partenaires. 

Surtout, la majorité des quelques 300 patients soignés dans ce centre, bénéficient de la CMU, la couverture maladie universelle, destinée aux plus démunis. Certains soignants refusent encore de les prendre en charge. En mars dernier, une étude de l'UCF Que-Choisir révélait qu'un dentiste sur dix était hors la loi, en refusant de soigner les titulaires de la CMU.

En Seine-Saint-Denis, l'Assurance Maladie va fermer son dernier centre dentaire dans le département

"Une hérésie" pour le maire de La Courneuve

Le maire de la Courneuve demande, lui aussi, le maintien de ce centre dentaire. Pour Gilles Poux (PCF), cette fermeture annoncée "est une hérésie" et "une décision brutale". "Quand dans une ville comme La Courneuve, j'ai 43% de la population qui a des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, on sait que les soins dentaires ce n'est pas forcément la priorité, vue les coûts que cela peut représenter". 

Gilles Poux, le maire PCF de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis
Gilles Poux, le maire PCF de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis © Radio France - Hajera Mohammad

Il a adressé, il y a trois semaines, un courrier à la direction de la CPAM du 93, mais n'a toujours pas eu de réponse. Pour l'élu, il s'agit aussi d'assurer une égalité de territoires et le rééquilibrage promis pour la Seine-Saint-Denis, par le gouvernement. Pour le moment, on en est encore loin. "À La Courneuve, nous avons 2,1 soignants pour 1.000 habitants alors que dans le 13ème à Paris, on est à 10,2 soignants", rappelle Gilles Poux.

"C'est une hérésie de fermer" - Gilles Poux, maire (PCF) de La Courneuve

Une pétition en ligne a été lancée sur le site change.org pour défendre le maintien de ce centre dentaire. La CPAM du 93 doit prendre sa décision définitive le 18 décembre prochain. Elle n'a pas répondu pour le moment à nos sollicitations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess