Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A la distribution des restos du coeur d'Auxerre aussi, on vaccine

-
Par , France Bleu Auxerre

Mardi 20 juillet, le centre de distribution de denrée des restos du coeur a mis en place un centre de vaccination éphémère. Un matinée pour proposer le vaccin à leurs bénéficiaires, qui pour beaucoup n'auraient pas fait la démarche d'eux même.

Les locaux des restos du coeur d'Auxerre attendent les bénéficiaires
Les locaux des restos du coeur d'Auxerre attendent les bénéficiaires © Radio France - Delphine Martin

Le 20 juillet, ils sont une cinquantaine à avoir pris rendez-vous pour se faire vacciner au centre de distribution de denrées des Restos du cœur. Dès l'entrée, la directrice du centre Marcelle les accueille, puis direction les bureaux pour prendre leurs informations. Il n'y a pas beaucoup de moments de pause, les bénéficiaires rentrent les uns après les autres.  Il n'y a pas assez de bénévoles donc Marcelle court dans tous les sens. Mais elle est satisfaite. Il y a quelques mois, quand elle a commencé à en parler à son public, la réponse était presque unanime. Non, pas de vaccination pour eux. "On a essayé de convaincre le plus de monde possible, raconte-t-elle. C'est  beaucoup de discussions, beaucoup d'explications avant, pendant et probablement après." L'argument du jour: le Pass sanitaire. Marcelle ne sait toujours pas s'il ne deviendra pas obligatoire dans les Restos du cœur aussi.

Le Pass sanitaire, un argument de poids

Au moment où Marcelle et le docteur David, le responsable Covid du centre, ont commencé à parler de ce projet, la vaccination ne fonctionnait pas bien non plus auprès du grand public. Le discours a changé depuis, grâce à l'extension du Pass sanitaire selon elle. Sur les 150 personnes, en moyenne, qui viennent chaque semaine, cinquante ont pris de rendez-vous pour se faire vacciner. Il y a même une dizaine de personnes qui se sont déplacées sans rendez-vous. "Les gens ont découvert qu'on vaccinait alors que les centres classiques n'ont plus de rendez vous avant septembre. Ça ne s'est pas trop ébruité sinon à mon avis, on aurait eu beaucoup plus de gens. Et on ne refuse personne ici."

Avec ou sans rendez-vous, chaque bénéficiaire se voit proposer la vaccination.
Avec ou sans rendez-vous, chaque bénéficiaire se voit proposer la vaccination. © Radio France - Célia Gueuti

Méfiance du vaccin, manque de recul, les raisons pour ne pas se faire vacciner s'entendent ici comme partout. Pour convaincre, les bénévoles des restos du cœur ont un avantage: ils connaissent bien leur public. Floriane est au chômage, elle vient tout les mardi faire ses courses au centre. Elle a profité d'être là pour se faire vacciner " Je suis tout le temps anxieuse donc je l'étais pour le vaccin, mais ça s'est très bien passé. C'était plutôt rassurant de voir des bénévoles qu'on connaît, et d'être accompagnée comme ça." Après 15 minutes de surveillance, elle peut aller récupérer ses courses et rentrer chez elle, comme d'habitude. Les Restos du cœur ont voulu rendre le processus aussi simple que possible.

Je n'avais toujours pas pris de rendez-vous, comme on me l'a proposé ici je suis venue. C'est beaucoup plus simple. -Laure, Bénéficiaire des Restos du cœur. 

L'accès au vaccin n'est pas une évidence

Parce que, outre les réticences vis-à-vis du vaccin, il y a aussi des barrières à la vaccination que ce centre éphémère essaye de contourner.  "Tout ces gens qui ont des problèmes alimentaires, ils cherchent de quoi manger. La vaccination, c'est secondaire, explique le docteur David. Alors si on ne va pas les chercher, ils ne prennent pas la décision eux-mêmes de se faire vacciner." La motivation n'est pas là, car le Covid n'est pas la source première d'angoisse ici. Autre souci, les transports en commun, qui ne desservent mal Auxerrexpo, le centre de vaccination de la ville alors que peux ont des voitures personnelles.

Le docteur David est responsable Covid aux restos du cœur de Auxerre.
Le docteur David est responsable Covid aux restos du cœur de Auxerre. © Radio France - Célia Gueuti

Pour le médecin, il y a un autre avantage à venir vacciner directement où se trouvent déjà les bénéficiaires. Avant la crise sanitaire, le docteur David pouvait discuter de la santé de chacun lors d'un moment convivial. Le centre de distribution avait un endroit où prendre un café, un croissant et discuter. Avec les restrictions sanitaires, il est plus dur de prendre des nouvelles. "Pour l'instant on est mal parti avec la quatrième vague qui s'annonce, regrette-t-il. Mais ça serait bien de pouvoir retrouver cet espace. Pour ça, il faut absolument que 90 % de la population soit vaccinée."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess