Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A La Dominelais, les riverains exaspérés par les raves party

lundi 30 octobre 2017 à 8:58 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

Depuis onze mois, sept raves party illégales ont été organisées à La Dominelais, dans le Morbihan. Certains riverains n'en peuvent plus et la mairie envisage de porter plainte

Sylvain Catreux devait récolter l'herbe de son champs. Depuis la rave party a détruit sa récolte
Sylvain Catreux devait récolter l'herbe de son champs. Depuis la rave party a détruit sa récolte © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

La Dominelais, France

"Ils se sont installés dans mes champs sans rien demander", raconte Sylvain Catreux, agriculteur à La Dominelais. Il y a deux semaines, environ 1.000 fêtards ont occupé ses deux parcelles d'un hectare chacune pendant tout un week-end. S'il a retrouvé les lieux propres, le stationnement des voitures et le piétinement des fêtards ont en revanche totalement détruit sa récolte d'herbes qui devait servir de foin pour son bétail. "Je me retrouve obligé de ne pas toucher à mon champ tant que les experts de l'assurance ne sont pas passés pour estimer les dégâts", explique-t-il, un brin dépité :

Je vais devoir semer à nouveau et reporter les récoltes. Quant à la prairie, je devais la garder encore quatre ou cinq ans...

Avant de voir son champ devenir point de rendez-vous pour la dernière rave party, il a connu avec les autres riverains plusieurs nuisances sonores sur l'année écoulée. "Ils commencent à mettre la musique vers 23 heures le vendredi, jusqu'à 17 heures le dimanche. C'est compliqué de dormir, surtout avec les basses à fond", indique Sylvain Catreux. C'est aussi ce qui provoque la colère du maire, Jean-Eric Berton : "on a des habitants qui travaillent le week-end, qui ne ferment pas l'oeil pendant quarante-huit heures !". Il souhaiterait que les raves party soient organisées sur des terrains choisis en accord avec la municipalité, dans un environnement encadré. Les organisateurs de la dernière fête assurent de leur côté avoir démarché la préfecture pour trouver un terrain "mais 90% de nos demandes ont été rejetées" expliquent-ils.

Une fois la fête finie, des jeunes qui errent

Au-delà des dégradations dans les champs mêmes où se tiennent les festivités, c'est davantage les conséquences qui préoccupent le maire. "On a des dégradations des toilettes publiques, des gens qui urinent sur les portes de l'église, tous les bas côtés sont abîmés... explique-t-il. Et surtout on a des jeunes qu'on retrouve au milieu de la route, ou affalés devant les bâtiments publics". Un constat partagé par Marie, qui vit dans les environs :

"Dimanche soir, on a encore vu des jeunes assis sur la route, qui ne prennent pas de précautions. Parfois on voit qu'il sont alcoolisés ou qu'ils ont pris des stupéfiants. On craint d'avoir un accident avec l'un d'eux un jour. Ils ne sont pas méchants, mais ils ne réalisent pas le danger pour eux et celui qu'ils font courir aux autres"

Fatigué de ces raves party illégales à répétition, les riverains ont lancé une pétition. La mairie de La Dominelais a de son côté contacté le préfet et envisage de porter plainte.