Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

A la Table du Burdigala à Bordeaux : "Les Gilets jaunes doivent s'attaquer aux bonnes cibles"

-
Par , France Bleu Gironde

L'hôtel Burdigala à Bordeaux donne un coup d'accélérateur à son restaurant. La Table du Burdigala propose une nouvelle carte avec un menu très accessible pour séduire une nouvelle clientèle. Au moment où le mouvement des Gilets jaunes met à mal le secteur de l'hôtellerie restauration.

Sébastien Bize, le directeur du Burdigala à Bordeaux.
Sébastien Bize, le directeur du Burdigala à Bordeaux. © Radio France - Yves Maugue

Bordeaux, France

Les commerces bordelais sont en souffrance depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. Les manifestations ponctuées de violences ont fait dégringoler les chiffres d'affaire en pleine période de Noël puis de soldes. La situation est aujourd'hui critique alors qu'est annoncé ce samedi l'acte 11 des Gilets jaunes.

S'ils se sont moins fait entendre depuis deux mois, les hôteliers et les restaurateurs sont également fortement impactés par les samedis de manifestation qui voient les clients déserter le centre ville. A l'hôtel Burdigala, établissement 4 étoiles situé rue Georges Bonnac dans le quartier Mériadeck, le directeur Sébastien Bize évalue à 15 à 20% la perte sur la restauration, 5 à 6% sur l'hôtellerie. "On ressent cet impact, affirme-t-il. Nous avons eu des annulations, même la semaine, car les entreprises ont perdu de l'argent et favorisent moins les déplacements de leurs salariés. On a eu des séminaires annulés. Et le week-end, on voit que la clientèle individuelle vient beaucoup moins. Elle est plus frileuse. On le ressent notamment sur notre formule brunch du dimanche. Les gens ont du mal à sortir. on comprend les difficultés des Gilets jaunes, mais il faut s’attaquer aux bonnes cibles".

Une nouvelle brasserie à petit prix

Dans cette période délicate, le patron du Burdigala, qui a choisi l'an passé de redescendre de 5 à 4 étoiles afin d'accueillir davantage de séminaires, joue la carte de l'innovation. Et notamment au rayon restauration. La Table du Burdigala est toujours pilotée par le chef Denis Lemercier qui a remporté récemment le prix spécial du jury lors du concours petit-déjeuner gourmand à Paris. Une nouvelle carte a été mise en place et un menu du midi doit permettre de toucher une nouvelle clientèle. La formule entrée-plat-dessert est fixée à 19 euros, 16 euros pour la formule entrée-plat ou plat-dessert. 

Nous souhaitons créer un lieu de vie pour les Bordelais.

En France, les gens ont toujours eu du mal à rentrer dans les hôtels pour déjeuner ou dîner, précise Sébastien Bize. Ils doivent savoir qu'ils peuvent venir. Notre restaurant manquait de reconnaissance. On a également mis en place la formule brunch du dimanche et on propose aux enfants une salle de cinéma dans notre amphithéâtre pendant que les parents sont à côté". Pendant les manifs, la Table du Burdigala se renouvelle. "On espère quand même que la situation s'arrangera bientôt", conclut Sébastien Bize.