Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Limoges les soldats morts pendant la guerre 14/18 vont enfin avoir leurs noms gravés sur un monument

dimanche 24 juin 2018 à 18:39 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin et France Bleu

Le mémorial de la place Jourdan à Limoges est sur le point de changer de physionomie puisque des travaux viennent de commencer. Ils vont permettre de réaliser un nouveau socle et c'est là que seront gravés dans la pierre plus de 3.000 noms. Un événement très attendu par l'un des descendants.

Le mémorial de la place Jourdan à Limoges aura bientôt une nouvelle physionomie
Le mémorial de la place Jourdan à Limoges aura bientôt une nouvelle physionomie © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

Lucien Sage, 86 ans, s'appelle comme son grand-père paternel, mort au combat dans la Marne en juillet 1918 et dont le nom sera bientôt gravé dans la pierre place Jourdan à Limoges. 

Ce sont les noms de 3.000 soldats limougeauds morts pendant la grande guerre qui vont être inscrits sur le mémorial.  Le monument actuel ne disparaîtra pas mais il sera posé sur un nouveau socle en granit de 20 mètres de long. Le chantier vient de débuter.

"Je suis content, on leur doit bien ça", Lucien Sage, petit-fils de poilu

Lucien Sage aura quatre noms de sa famille gravés sur le monument car outre son grand-père trois de ses oncles originaires de Limoges sont morts au combat. Le corps de l'un d'entre eux n'a jamais été retrouvé. 

Sur les circonstances de leur mort il connait les moindres détails car il est allé il y a plusieurs années consulter les archives militaires à Vincennes. "C'est comme si j'avais connu mon grand-père car mon père m'en parlait tout le temps" raconte Lucien Sage. "Tous les ans nous allions nous recueillir sur la tombe de mon grand-père dans un cimetière militaire dans la Marne". Un périple qu'il continue à faire chaque année. 

Il se dit content de découvrir bientôt le nom de son aïeul sur le monument de la place Jourdan. "On leur doit bien ça à ces gars morts à cause la bêtise humaine."

Lucien Sage garde précieusement le portrait de... Lucien Sage, son grand-père - Radio France
Lucien Sage garde précieusement le portrait de... Lucien Sage, son grand-père © Radio France - Françoise Ravanne

L'inauguration du 11 novembre 2018, il y sera 

"Bien sûr que je serais présent au monument aux morts, croyez-moi " assure Lucien Sage "et je penserai à eux " autrement dit à ses aïeux ajoute t-il avec une certaine émotion. C'est le 11 novembre prochain, 100 ans jour pour jour après l'armistice de 1918 que sera inauguré le nouveau monument avec ses 3.000 noms inscrits dessus.