Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Marseille, Emmaüs ne veut pas payer pour les déchets des autres

-
Par , , France Bleu Provence

Un bras de fer oppose Emmaüs à la Métropole Aix-Marseille qui souhaite prochainement faire payer à l'association ses dépôts en déchetterie. "Pas question !", pour les responsables de l'association à Marseille.

Chaque jour, ce sont trois camions comme celui-ci qui partent à la déchetterie depuis Emmaüs Pointe-Rouge
Chaque jour, ce sont trois camions comme celui-ci qui partent à la déchetterie depuis Emmaüs Pointe-Rouge © Radio France - Corrine Blotin

Emmaûs ne veut pas payer pour  les déchets des autres... et s’apprête à riposter à Marseille. La menace planait sur les communautés d’Emmaüs depuis plus d’un an, et en octobre dernier, la Métropole d’Aix-Marseille votait la décision de faire payer à Emmaüs les camions arrivant en déchetterie. Jusqu'à présent, l'association bénéficiait de la gratuité en déchetterie. 

Cette semaine, un camion benne de l'association caritative s’est vu signifier en arrivant à la déchetterie que le tonnage maximum était presque atteint pour Emmaüs et qu’il faudrait bientôt payer. C’est l’incompréhension pour les compagnons d’Emmaüs de Saint-Marcel et de la Pointe Rouge. 

Les compagnons d'Emmaüs expliquent que depuis 70 ans, ils sont des pionniers du recyclage en récupérant les objets dont les particuliers ne veulent plus par exemple. Très souvent, ils leur donnent une seconde vie. Mais parfois, certains objets sont en si mauvais état qu'ils ne sont pas valorisables et finissent à la benne (meubles cassés, inutilisables, mais aussi bouteilles de gaz vides, batteries de voiture usagées etc.). Ce sont plus de 240 tonnes de déchets impropres au recyclage ou à la revente dont Emmaüs doit se débarrasser à son tour. 

"Quand les donateurs viendront, nous prendrons ce qui est bon, et pour le reste, nous demanderons à nos donateurs de les mettre dehors, sur le trottoir !" - Kamel Fassatoui, responsable d'Emmaüs Pointe Rouge

Il n'est pas question de payer pour cela pour Kamel Fassatoui : "Les déchets ne sont pas à nous, ce n'est pas Emmaüs qui crée ces déchets", explique le responsable d'Emmaüs Pointe Rouge. Il estime entre 35.000 et 40.000 euros la somme qu'il devra donner à la Métropole pour ces déchets. La solution est simple : "Quand les donateurs viendront, nous prendrons ce qui est bon, et pour le reste, nous demanderons à nos donateurs de les mettre dehors, sur le trottoir !". 

Emmaüs se prépare à la riposte avec notamment une sensibilisation du public via une pétition

Choix de la station

À venir dansDanssecondess