Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un salon pour prévenir les risques psychosociaux au travail à Marseille

-
Par , France Bleu Provence

Jusqu'au 10 octobre au parc Chanot de Marseille, le salon Préventica propose aux entreprises des conseils et des solutions pour préserver la santé et la sécurité au travail et pour prévenir les risques psychosociaux.

Stress au travail (illustration)
Stress au travail (illustration) © Maxppp - Thierry Gachon

Marseille, France

Mauvais management, surcharge de travail, dépassements d'horaires ou droit à la déconnexion bafoué. Selon une étude de la Dares, le service statistique du ministère du Travail, un tiers des salariés souffre de tension au travail. 

Après une forte hausse des risques psychosociaux constatée entre 1994 et 2010, on observe sur la période la plus récente (2010-2017) une légère diminution des "RPS". En revanche, la tension au travail ou "job strain" reste forte et fait peser sur les salariés un risque accru de maladies cardiovasculaires, troubles musculo-squelettiques et dépression, et les suicides qui s'en suivent dans de nombreuses professions. 

C'est dans ce contexte que se tient à Marseille durant trois jours la 6e édition du salon Preventica : plus de 400 exposants réunis et 180 conférences organisées autour du thème d'un "environnement de travail sain et sécurisé pour des performances durables de l’entreprise". 

"Quand on n'est pas bien au travail, ce n'est pas une situation normale." (Marie Pezé, docteur en psychologie)

Pour la psychologue Marie Pezé, responsable du réseau des 150 consultations "souffrance au travail" à travers la France, il faut savoir s'écouter : "Il faut être attentif à trois symptômes : la fatigue que le repos ne résorbe plus, la perte du plaisir à faire un métier qu'on adorait et puis le recours à tout ce qu'on peut avaler pour tenir. Là, c'est que ça ne va plus !

Celle qui est à l'initiative de la première consultation "souffrance au travail" en 1997, rappelle que "depuis 2002 le chef d'entreprise a l'obligation de protéger la santé physique et mentale des salariés en terme de résultats. Il ne doit pas faire qu'essayer, il doit y arriver, donc quand c'est trop dur, il faut le lui rappeler, via les instances du personnel notamment."

Choix de la station

France Bleu