Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Mayenne, un garagiste se bat pour garder son salarié originaire du Kosovo

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Arrivé il y a 7 ans en France, Engjull, 20 ans, a été embauché l'été dernier au garage Martineau-Durand. Mais faute de titre de séjour, il ne peut plus y travailler depuis la fin du mois de mai, alors que son patron veut le garder.

Simon Martineau et Engjull devant le garage à Mayenne
Simon Martineau et Engjull devant le garage à Mayenne © Radio France - Soisic Pellet

"C'est devenu quelque chose qui a de l'importance au sein du garage", assure Simon Martineau, l'un des gérants. Il se bat depuis plusieurs mois pour embaucher de nouveau Engjull, un jeune mécanicien originaire du Kosovo et arrivé en France, plus précisément en Mayenne, en 2013. Ce dernier et ses parents ont obtenu le droit d'asile pour le moment mais attendent toujours une régularisation. Surtout que sans titre de séjour, impossible de travailler pour le jeune Engjull, qui a donc dû quitter le garage à la fin de son dernier contrat à la fin du mois de mai dernier. 

"Je me sens à l'aise ici" 

De son côté, Engjull a vraiment envie de rejoindre cette équipe. "C'est le seul garage où je me suis vraiment senti à l'aise, j'ai pas trop envie d'aller ailleurs", explique le jeune homme. Et ça va bien au-delà du travail évidemment : "Je me suis intégré ici, je suis sportif, j'ai fait mon école ici, j'ai tous mes amis donc je ne vois pas pourquoi je devrais rentrer. Là-bas, s'il faut que j'y retourne, je dois repartir de zéro, je ne connais personne". 

S'il faut rencontrer le Préfet pour débattre sur le sujet, je suis prêt à y aller ! - Simon Martineau, le patron du garage 

Pas question d'embaucher quelqu'un d'autre 

De son côté, Simon Martineau, le patron du garage, est prêt à tout pour retrouver son ancien employé. "Il veut payer des impôts en France, il veut faire travailler l'économie locale, on est en manque de main-d'oeuvre, je vois pas ce qui coince !". "Il faut que ça avance", ajoute le garagiste, et "s'il faut rencontrer le préfet pour débattre sur le sujet ou n'importe qui, moi je suis prêt à y aller !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess