Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

A Montbéliard aussi, la contrainte vaccinale pose question

jeudi 7 septembre 2017 à 18:24 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a décidé de rendre obligatoire à partir du 1er janvier prochain 8 vaccins qui étaient simplement recommandés. Les associations pour la liberté vaccinale dénoncent une décision autoritaire. A Montbéliard aussi, la polémique enfle.

"Si la contrainte est la seule solution, banco !" dit Philippe Lièvre, médecin généraliste à Montbéliard
"Si la contrainte est la seule solution, banco !" dit Philippe Lièvre, médecin généraliste à Montbéliard © Radio France - Christophe Beck

Montbéliard, France

"De toutes médecins confondues, c'est probablement la vaccination qui a sauvé le plus de gens à l'échelle de la planète", dit le docteur Philippe Lièvre, médecin généraliste sur le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard. "J'ai l'impression qu'il y a une polémique franco-française sur la vaccination". Ce que confirme une enquête internationale qui montre que la France est le pays européen ou la défiance à l'égard de la vaccination est la plus forte.

C'est dans ce contexte que la ministre de la santé Agnès Buzyn a décidé de rendre obligatoire à partir du premier janvier prochain huit vaccins supplémentaires pour la petite enfance : la coqueluche, l'hépatite B, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le méningocoque C, l'haemophilius influenza B et le pneumocoque. Ces 8 vaccins étaient jusqu'à présent simplement recommandés. Ils viendront s'ajouter au 3 déjà obligatoires (diphtérie, tétanos et poliomyélite). Pour justifier cette obligation, La ministre invoque la baisse de la couverture vaccinale en France qui expose les populations à certaines maladies. L’OMS recommande une couverture à 95 %, alors que selon la ministre, en France, la couverture pour certaines maladies s’est abaissée de 70 à 85 %.

Les associations pour la liberté vaccinale dénoncent une décision autoritaire, "véritable hold-up sur la liberté individuelle et la santé" qui n'a aucune justification. Pour Jean Baptiste Lazzorotto, le secrétaire général de la Ligue nationale pour la liberté vaccinale, la couverture en France est "presqu'aussi élevée que dans les pays, comme l'Allemagne ou la Suède qui n'ont pas d'obligation, mais qui vaccinent quand même". "Nous, c'est ce qu'on demande. Vous informez les gens. Et après, vous leur laissez la liberté".

Le calendrier de vaccination du docteur Lièvre à Montbéliard  - Radio France
Le calendrier de vaccination du docteur Lièvre à Montbéliard © Radio France - Christophe Beck

Couverture vaccinale en Bourgogne Franche-Comté : variable suivant les maladies

Pour le DTP, actuellement obligatoire, la couverture en Bourgogne Franche-Comté est de 97 % légèrement supérieure à la moyenne nationale. Pour les huit vaccins qui entrent dans l’obligation, la coqueluche et l’haémophilius influenza B affichent une couverture à 97 et 96 % au dessus du niveau national. Les autres vaccins sont en dessous de la moyenne nationale : 91 % pour le pneumocoque, 86 % pour l’hépathite B et 77% pour le ROR, rougeoles, oreillon rubéole. A noter qu’en Bourgogne Franche-Comté, le Territoire de Belfort arrive souvent à la traîne en matière de couverture vaccinale.

Pour une majorité de Français, les bénéfices des vaccins sont supérieurs aux risques. - Visactu
Pour une majorité de Français, les bénéfices des vaccins sont supérieurs aux risques. © Visactu