Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Montreuil, mobilisation pour éviter l'expulsion des travailleurs migrants du foyer Bara

mercredi 31 octobre 2018 à 11:58 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Plus d'un mois après la réquisition de locaux vides par le maire de Montreuil, le délai fixé par la justice a expiré : les travailleurs migrants du foyer Bara, qui occupent ces bureaux risquent une expulsion. Ce mercredi matin, habitants et élus sont venus les soutenir.

Devant les locaux réquisitionnés par le maire de Montreuil occupés par les résidents du foyer Bara
Devant les locaux réquisitionnés par le maire de Montreuil occupés par les résidents du foyer Bara © Radio France - Rémi Brancato

Montreuil, France

Une centaine de personnes se sont rassemblées ce mercredi matin : habitants, élus mais aussi résidents du foyer Bara, de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, devant les locaux vides de l'AFPA, qu'ils occupent depuis plus d'un mois, après la réquisition décidée par le maire (PCF) Patrice Bessac. Une réquisition jugée illégale par le tribunal administratif qui a ordonné l'évacuation sous huit jours, délai qui expirait ce mardi. Ce mercredi, le rassemblement visait donc à empêcher toute évacuation.

Six élus passent la nuit aux côtés des résidents

"On a dormi ici" raconte Gaylord Le Chequer, adjoint au maire en charge du logement et de l'urbanisme, ce mercredi matin, qui a effectivement passé la nuit dans les locaux de l'AFPA, en compagnie de cinq autres élus : "l'objectif c'était de veiller pour, on l'espère, qu'il n'y ait pas les forces de l'ordre : ce matin c'est toujours cela de gagné".

ECOUTER - Des habitants mobilisés, des élus ont dormi sur place

Devant les locaux, des habitants servent le café aux résidents ce mercredi - Radio France
Devant les locaux, des habitants servent le café aux résidents ce mercredi © Radio France - Rémi Brancato

Les policiers sont absents, l'évacuation n'aura pas lieu pour l'instant. "Si jamais les forces de l'ordre venaient pour les expulser, on résistera, car Montreuil est une ville de solidarité et l'a toujours été" explique pour sa part Elisabeth Bunio, ancienne élue, habitante de Montreuil, qui sert le café pendant le rassemblement, débuté à 5 heures.

Les travailleurs migrants refusent de retourner dans l'ancien foyer 

Ce mercredi, les résidents attendent aussi une autre décision du tribunal administratif de Paris : le préfet conteste l'arrêté du maire qui rend inhabitable le foyer Bara, insalubre. S'il est annulé par la justice, cela pourrait signifier une possibilité de retour pour les plus de 200 résidents qui l'ont quitté pour les locaux de l'AFPA.

Les bureaux de l'AFPA, inoccupés, ont été aménagés en chambres - Radio France
Les bureaux de l'AFPA, inoccupés, ont été aménagés en chambres © Radio France - Rémi Brancato

Tous s'y refusent. "Ici on se sent bien, il est hors de question qu'on retourne à Bara : ce foyer est inhabitable depuis des années et des années" estime Toumani Traoré, représentant de l'association des résidents. 

Selon un protocole signé par l'Etat, la ville et le bailleur, le foyer doit être détruit puis reconstruit sur le même site. Des travaux qui pourraient durer trois ans. La mairie estime que les résidents peuvent occuper temporairement les locaux de l'AFPA durant ce chantier et réclame une réouverture des discussions avec la préfecture.