Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Nantes, les migrants de nouveau évacués

jeudi 2 août 2018 à 10:03 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Depuis une dizaine de jours, environ 200 à 300 migrants s'étaient installés dans l'ancien lycée Leloup-Bouhier après avoir été évacués du square Daviais. Ils en ont été expulsés, ce jeudi matin, dans le calme.

L'évacuation du lycée Leloup-Bouhier a eu lieu tôt ce jeudi matin
L'évacuation du lycée Leloup-Bouhier a eu lieu tôt ce jeudi matin © Radio France - Maxime Bacquié

Nantes, France

Ils s'y attendaient, elle a eu lieu ce jeudi matin. L'expulsion de 200 à 300 migrants qui avaient trouvé refuge dans l'ancien lycée Leloup-Bouhier, à Nantes, après avoir été expulsés du square Daviais la semaine dernière. Dès le départ, la mairie, propriétaire des lieux, avait prévenu les associations qu'ils ne pouvaient pas rester parce que des travaux de désamiantage devaient commencer dans ce bâtiment qui doit être transformé en école.

Retour au square Daviais

Les forces de l'ordre sont arrivées tôt, ce jeudi matin, alors que les associations s'attendaient davantage à une évacuation dans l'après-midi. Tout s'est déroulé dans le calme mais aucune solution n'a été proposée aux personnes expulsées. Beaucoup ont donc décidé de retourner au square Daviais où une quarantaine de tente avaient déjà été réinstallées depuis l'évacuation. 

L'occupation même partielle est incompatible avec les travaux

Dans un communiqué, la ville de Nantes explique que "les travaux de destruction et de désamiantage" qui devaient commencer le 30 juillet ne "sont pas compatible avec une occupation du site, même partielle". La mairie rappelle également que "500 migrants sont actuellement logés directement ou indirectement par la ville de Nantes".

Le communiqué de la mairie de Nantes - Aucun(e)
Le communiqué de la mairie de Nantes - Mairie de Nantes

Pas de dégradations importantes

Les agents de Nantes métropole ont vidé les lieux des affaires des migrants. Ils pourront les récupérer ce vendredi matin. Aucune dégradation importante n'a été constatée, il y a juste du ménage à faire. Une visite de chantier est prévue ce vendredi et les travaux prévus devraient pouvoir débuter la semaine prochaine.