Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Orléans, des "policiers en colère" manifestent devant la préfecture

mardi 31 octobre 2017 à 19:34 Par Eric Normand, France Bleu Orléans

À l'appel de plusieurs syndicats, une trentaine de personnes se sont rassemblées ce mardi après-midi avant la tenue d'un comité technique des services décentralisés de la police nationale du Loiret. Elles réclament une nouvelle organisation de travail. Le bilan de la réunion est mitigé.

Les policiers commencent à arriver à quelques dizaines de mètres de la préfecture du Loiret
Les policiers commencent à arriver à quelques dizaines de mètres de la préfecture du Loiret © Radio France - Eric Normand

Orléans, France

Ils étaient ce mardi après-midi une trentaine à manifester devant la préfecture, juste avant la tenue d'un comité technique décentralisé de la police nationale du Loiret. Cette fois, la réunion a bien eu lieu, les syndicats l'avaient boycottée une première fois, il y a quelques semaines. Ils demandaient la mise en place d'une nouvelle organisation du travail : les policiers d'Orléans veulent travailler un week-end sur deux. Actuellement, c'est 5 week-end sur 6, c'est ce qu'ils appellent le système de "vacation forte." Ces nouveaux cycles doivent permettre "des conditions de travail acceptables, sans remettre en cause le fonctionnement des services" selonPatrick Lavainne, le secrétaire départemental d'Unité SGP Police Force Ouvrière.

La revendication a été entendue pour les policiers de nuit

Le comité technique s'est bien tenu, il a même duré presque deux heures. Mais le bilan est mitigé. Les policiers ont obtenu ce qu'ils voulaient pour les policiers qui travaillent la nuit, ils ne feront plus qu'un week-end sur deux. Mais le bras de fer continue pour les policiers de journée selon Patrick Lavainne, le secrétaire départemental d'Unité SGP police Force Ouvrière, "on est des policiers mais on est des êtres humains comme tout le monde. Aujourd'hui, ce n'est plus possible de n'avoir qu'un week-end de repos sur six pour nos collègues. On aspire à avoir une vie privée, on est touché par les suicides, par les divorces, cette nouvelle organisation permettrait pour les parents séparés de voir leurs enfants."

Des policiers à bout de souffle

La direction répond qu'elle n'a pas les effectifs suffisants malgré le renfort d'une trentaine de policiers qui viennent d'arriver à Orléans. D'ailleurs, ce ne sont pas ces policiers supplémentaires qui vont effacer la fatigue accumulée ces derniers mois, comme le rappelle Magali Nardin, responsable Alliance Police National pour la région Centre-Val de Loire, "on ne peut pas tirer sur la corde tout le temps, à un moment donné, elle va lâcher" et d'ajouter que "les policiers sont sollicités de toute part, de multiples missions de surveillance nous sont confiées, des missions au tribunal. Trop, c'est trop!" conclue-t-elle.

Le témoignage d'un policier orléanais anonyme

Reportage France Bleu Orléans