Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Orléans, un appel lancé à continuer l'occupation des théâtres et des lieux culturels

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Réunie au Théâtre d'Orléans, la coordination des lieux occupés a lancé un appel à poursuivre le mouvement partout en France, malgré des tensions apparues dans certains théâtres. Il s'agit, selon les occupants, "de ne pas se contenter des miettes laissées par le gouvernement".

Le Théâtre d'Orléans occupé
Le Théâtre d'Orléans occupé © Radio France - Anne Oger

Pour tous les occupants des lieux culturels, rassemblés ce week-end au Théâtre d'Orléans, la réouverture des salles de spectacle, dans la deuxième phase du déconfinement face à l'épidémie de Covid-19, ne règle en rien l'ampleur de la crise que connaît la culture

Investi le 12 mars dernier par des intermittents, des artistes, et des acteurs du monde culturel, le Théâtre d'Orléans figure parmi la centaine de lieux aujourd'hui occupés. Il accueillait dimanche et lundi les représentants de plus d'une trentaine de lieux occupés, un peu partout en France, qui se retrouvaient pour la deuxième fois depuis le début du mouvement. 

Pas de levée de l'occupation au Théâtre d'Orléans

Si ailleurs, des tensions sont apparues entre les directions d'établissements culturels occupés, comme à l'Odéon à Paris, ou encore à l'Opéra de Lyon, la situation est différente à Orléans. "Avec la direction cela se passe bien" témoigne Coraline Cauchi, une des artistes mobilisée. "On a la possibilité de prendre la parole avant les spectacles, et les salariés nous disent que cela a apporté de la vie dans ce théâtre"

A Orléans, les occupants ont échangé pendant deux jours sur leurs revendications, "en aucun satisfaites par le gouvernement" insistent les participants. Et ils ont abouti à une décision prise en commun et diffusée à travers un communiqué : ils souhaitent continuer leur action, "et l'inscrire dans la durée". 

La réouverture des salles ne règle rien

"Les miettes laissées par ce gouvernement n'altèrent en rien notre colère : une prolongation de l'année blanche de quatre mois est totalement insuffisante pour nous permettre de mener une vie décente. Nos revendications   s'étendent au-delà du secteur culturel : nous représentons toustes les intermittentes et intermittents de l'emploi, qui n'ont rien obtenu pour leur permettre de survivre" dit ce communiqué. C'est donc la réforme de l'assurance chômage qui reste au cœur des préoccupations, ils demandent son abandon.

Tous s'accordent à dire que la réouverture des salles de spectacles, avec des jauges très limitées, laisse encore dans des conditions précaires de nombreux artistes, techniciens, intermittents, compagnie de théâtre, etc. "Quand on stoppe un secteur pendant aussi longtemps, on sait que cela va prendre des mois, voire des années, pour redémarrer" explique Coraline Cauchi. La réouverture des salles, selon eux, ne doit pas cacher cette réalité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess