Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Oradour-sur-Glane, le devoir de mémoire se transmet de génération en génération

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Le drame d'Oradour-Sur-Glane toujours dans les mémoires. En présence du garde des Sceaux, plusieurs centaines de personnes ont suivi les commémoration du 10 juin 1944. Pour cette 78e cérémonie, un message primait : passer aux générations futures le rôle de gardiens de mémoire.

Rencontre entre Robert Hébras, dernier rescapé du massacre d'Oradour-Sur-Glane et le garde des Sceaux Eric Dupond Moretti.
Rencontre entre Robert Hébras, dernier rescapé du massacre d'Oradour-Sur-Glane et le garde des Sceaux Eric Dupond Moretti. © Radio France - Salomé Pineda

Sous un soleil de plomb, Robert Hébras, 97 ans, ultime rescapé du massacre d'Oradour-sur-Glane du 10 juin 1944, traverse le village bras-dessus-bras-dessous avec sa petite-fille. Comme chaque année, il revit heure après heure l'horreur marquée au fer rouge dans sa mémoire : il y a 78 ans jour pour jour, 643 villageois étaient massacrés par la division SS Das Reich sous ses yeux. "Elle sait déjà qu'il va falloir perdurer la mémoire de son grand-père... Je suis heureux qu'il y ait beaucoup de monde, car c'est avec personnes montrent qu'elles n'oublient pas", explique le rescapé.

Inscrire Oradour dans la mémoire des jeunes

En tête du cortège, des petites silhouettes vêtues de blanc témoignent de la prise en main de ce devoir de mémoire. Les enfants déposent une rose sur le monument aux morts des écoles. Les faire participer, c'est aussi inscrire Oradour-Sur-Glane dans leurs propres mémoires. " Je faisais ça quand j'étais à l'école à Oradour", se souvient Benoît Sadry président de l'Association nationale des familles des martyrs. Membre de l'association depuis 1997, il n'a repris sa présidence qu'il y a trois mois seulement. "C'est une façon de transmettre. Dès l'école il faut qu'ils aient conscience que nous sommes porteurs d'un patrimoine, lourd à porter certes, mais on le porte."

Les enfants ont déposé une rose sur le monument aux morts de l'école d'Oradour-Sur-Glane.
Les enfants ont déposé une rose sur le monument aux morts de l'école d'Oradour-Sur-Glane. © Radio France - Salomé Pineda

Intégrer l'Histoire à l'actualité

Toutefois, faire vivre une mémoire sans avoir vécu les évènements, reste un enjeu complexe. Pour Philippe Lacroix, le Maire d'Oradour, la clef, c'est de relier cette histoire à notre époque. " Il faut toujours rappeler cette histoire, par différentes actions culturelles, des actions auprès des écoles, des conférences. Il faut toujours expliquer et rappeler le passé parce que ceux qui l'oublient sont condamnés à le revivre." 

Un message partagé par le garde des Sceaux, Eric Dupond Moretti, présent tout l'après-midi aux cérémonies. Bien qu'il rappelle que "Le temps a fait son œuvre, les mémoires sont réconciliées, nos patriotes aussi", il insiste sur le point suivant :  

Rien n'est jamais gagné. Nous en avons la démonstration à nos portes en europe, hier c'était Oradour-sur-Glane, aujourd'hui c'est Boutcha en Ukraine. Il faut dans l'esprit de nos jeunesses redire à quel point la radicalité et certaines idéologies peuvent être dangereuses. Au fond nous sommes là aujourd'hui pour rappeler toutes ces choses."

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a signé le livre d'or du village martyr.
Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a signé le livre d'or du village martyr. © Radio France - Salomé Pineda

C'était la deuxième fois seulement qu'un ministre de la justice se rendait à Oradour-Sur-Glane pour rendre hommage aux victimes et répondre au devoir de mémoire. 

Les 78e cérémonies d'Oradour-Sur-Glane se sont déroulées tout l'après-midi jusqu'à 18H30.
Les 78e cérémonies d'Oradour-Sur-Glane se sont déroulées tout l'après-midi jusqu'à 18H30. © Radio France - Salomé Pineda

Pour clôturer la cérémonie, les porte-drapeaux chantent l'hymne national sous le regard admiratif des enfants.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess