Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Paris, il n'y a plus aucune place d'hébergement pour les familles qui sont à la rue, du jamais vu

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'hébergement d'urgence pour les familles est saturé à un niveau "inédit" : c'est une info que révèle France Inter ce jeudi. Chaque jour, près de 400 familles appellent le 115 pour avoir un hébergement, mais il n'y a plus aucune place. C'est du jamais vu dans la capitale.

Il n'y a plus aucune place d'hébergement d'urgence pour les familles qui dorment dans la rue à Paris
Il n'y a plus aucune place d'hébergement d'urgence pour les familles qui dorment dans la rue à Paris © Radio France - Pauline Pennanec'h

Paris, France

Le Samu Social de Paris tire la sonnette d'alarme. Impossible aujourd'hui de trouver un hébergement pour les 400 familles qui tous les jours se tournent vers le 115 pour ne pas dormir dans la rue. Il n'y a plus aucune place pour ces familles et cela inquiète Eric Pliez, le président du Samu Social de Paris. Cela représente environ 1.300 personnes pour qui aucune solution ne peut être proposée.

Le Samu Social demande aux pouvoirs publics de créer en urgence davantage de places d'hébergement.

Le président du Samu Social de Paris, qui gère les appels au 115 de la capitale précise que la situation est "inédite". Les familles "vont se réfugier aux urgences des hôpitaux ou restent dehors".

Deux mois avant le début de la trêve hivernale, l'hébergement d'urgence parisien est déjà bondé. "Les dispositifs hôteliers sont totalement saturés : il n'y a plus de places dans ce qu'on appelle les hôtels sociaux", explique Éric Pliez à nos confrères de France Inter.

Choix de la station

France Bleu