Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

À Perpignan, l'association Bouge Toit craint "une explosion des expulsions locatives" dans quelques mois

-
Par , France Bleu Roussillon

Une trentaine de personnes ont défilé dans les rues du centre de Perpignan, ce samedi, pour le droit au logement. À cause de la crise sanitaire, les associations craignent que le nombre d'expulsions locatives explose dans les prochains mois.

Une trentaine de personnes ont manifesté ce samedi à Perpignan pour le droit au logement.
Une trentaine de personnes ont manifesté ce samedi à Perpignan pour le droit au logement. © Radio France - Suzanne Shojaei

"Voir des gens dans la rue, c'est insupportable", résume une manifestante. Les slogans sont criés dans le centre-ville, ce samedi après-midi à Perpignan. Une trentaine de personnes défilent pour le droit au logement, pancartes et banderoles à la main. "Voir des gens dans la rue, c'est d'autant plus insupportable en temps de pandémie." Le coronavirus fait craindre aux associations une flambée des expulsions locatives dans quelques mois, la précarité s'aggravant. La fin de la trêve hivernale est repoussée au 1er juin. "On s'attend à une explosion des expulsions partout", soulignent les manifestants.

15% de logements vacants à Perpignan

Les associations s'appuient notamment sur ces chiffres, datant de quelques années. Selon l'Insee, 10.000 logements perpignanais sont inoccupés. Les logements sont considérés comme vacants lorsqu'ils sont vides depuis au moins deux ans et s'ils ne sont pas en vente. "Si la taxe sur les logements vacants avaient été mise en place à Perpignan depuis plusieurs années, regrette une manifestante, peut-être qu'on n'en serait pas là aujourd'hui."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Les manifestants sont partis du Castillet, pour défiler dans le centre-ville de Perpignan.
Les manifestants sont partis du Castillet, pour défiler dans le centre-ville de Perpignan. © Radio France - Suzanne Shojaei
Choix de la station

À venir dansDanssecondess