Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Poitiers, les riverains d'un squat Bd Grand Cerf désespérés de vivre au milieu des poubelles

mardi 17 avril 2018 à 5:07 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

A Poitiers, les riverains de l'immeuble "Bobinages" n'en peuvent plus de vivre à côté d'un squat. Depuis 2 ans, le 75-77 du Bd du Grand Cerf est squatté par des familles du roms qui vivent dans des conditions terribles, pour elles et pour leurs voisins. Ils réclament des solutions.

A l'arrière du squat où vivent encore des familles, les déchets s'amoncellent
A l'arrière du squat où vivent encore des familles, les déchets s'amoncellent © Radio France - Isabelle Rivière

Poitiers, France

A Poitiers, les riverains du Boulevard du Grand cerf sont désespérés. Depuis 2 ans, ils voient l'immeuble du 75-77 se dégrader à vue d’œil : carreaux cassés, portes éventrées, tags sur les murs, et détritus devant-derrière. A première vue, l'immeuble est clairement insalubre, pourtant il y a des familles qui vivent à l'intérieur. Des roms qui squattent-là, sans eau, sans électricité. Et qui vivent dans des conditions terribles pour elles et pour le voisinage. Les riverains ont bien tenté d'alerter les autorités mais aucune solution n'a été trouvée pour l'instant. Et ça fait au moins 2 ans que ça dure. 

Des conditions de vie indignes

"Un matin, on a vu un avis de recommandé épinglé sur la porte d'entrée avec un mot en dessous expliquant que telle famille avait reçu du courrier ici et que donc, c'était leur adresse reconnue", raconte un voisin.  Sauf que ces familles ne payent pas de loyer. Elles vivent de menus larcins et de système D. Pour l'eau, elles vont à la gare avec des bidons de 5 litres

Pour le courant, une commerçante riveraine a dû faire intervenir son service d'électricité car "les familles s'étaient branchés sur notre compteur", se souvient-elle. Les enfants eux, ne vont pas à l'école. L'été, les mamans baignent les petits tout nus dans la rue. 

Et puis, il y a ces tonnes d'immondices à l'arrière du bâtiment.  Tellement de détritus que le toit d'un garage dans la cour s'est effondré sous leur poids... "Et je ne vous parle pas de l'odeur des détritus !" ponctue une riveraine. 

Un feu à l'intérieur de l'immeuble pour se chauffer

"Un jour pour se réchauffer, ils ont abattu les cloisons à l'intérieur d'un étage et ils ont tout fait brûler au milieu de l'appartement pour se réchauffer", s'étonne encore un témoin. 

Avant de préciser que juste à côté, il y a un garage automobile avec des bidons d'huile, des pneus et des bouteilles d'acétylène sans doute. Le Poitevin en tremble encore. "On aurait pu tous sauter !"

Des milliers de Poitevins passent tous les jours devant le Squat du Grand Cerf, situé au pied de la gare et d'un axe important de Poitiers - Radio France
Des milliers de Poitevins passent tous les jours devant le Squat du Grand Cerf, situé au pied de la gare et d'un axe important de Poitiers © Radio France - Isabelle Rivière

Il ne suffit pas d'expulser ces gens...

Les riverains ont écrit aux autorités locales : mairie et préfecture entre autres, pour leur demander d'intervenir. A leur lettre, ils ont joint 28 signatures de riverains pour réclamer des solutions. 

Les services de la municipalité et de l'Etat disent suivre la situation de près et cherchent une solution globale : il ne suffit pas d'expulser des gens, il faut aussi les reloger et les insérer dans la vie locale, s'expliquent-ils.