Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Pont-à-Mousson, les habitants s’inquiètent de l’arrivée d’investisseurs étrangers chez Saint-Gobain

lundi 15 avril 2019 à 6:03 Par Victor Vasseur, France Bleu Sud Lorraine

Le fabricant de canalisations Pont-à-Mousson va-t-il sortir du giron de Saint-Gobain ? L’entreprise est célèbre grâce à ses plaques d’égout en fonte fabriquées dans cette ville de Meurthe-et-Moselle. Selon des syndicats, le groupe chercherait un nouveau partenaire.

Près de 2000 salariés sont employés chez Saint-Gobain en Lorraine, sur plusieurs sites dont celui de Pont-à-Mousson.
Près de 2000 salariés sont employés chez Saint-Gobain en Lorraine, sur plusieurs sites dont celui de Pont-à-Mousson. © Radio France - Victor Vasseur

Pont-à-Mousson, France

A Pont-à-Mousson, une grande partie des habitants, ici, ont un lien, une histoire avec cette usine : "Mes parents, mes grands-parents bossaient là. J’ai vécu un peu en Guyane, j’ai vu des plaques Pont-à-Mousson. Ça fait chaud au cœur." Pont-à-Mousson c'est un symbole, le dernier haut-fourneau lorrain. Daniel est pessimiste : "Franchement, je suis inquiet pour eux. C’est triste. Ce serait une usine encore en moins. Dans le secteur, c’est la plus grosse. Bientôt, il ne va plus rien rester." 

Près de 2000 salariés sont employés chez Saint-Gobain en Lorraine, sur plusieurs sites dont celui de Pont-à-Mousson. - Radio France
Près de 2000 salariés sont employés chez Saint-Gobain en Lorraine, sur plusieurs sites dont celui de Pont-à-Mousson. © Radio France - Victor Vasseur

Xinxing, le leader mondial du secteur est intéressé pour reprendre 60 % du capital de Saint-Gobain PAM, tout comme un fond d'investissement américain. Mais Pierre, un mussipontain, ne souhaite ni l'un, ni l'autre : "Quand les chinois auront plus les brevets, ils partiront. Et puis, vous faites quoi quand vous avez 50 ans ? Rien. C’est impossible de retrouver du travail ici. Sinon, vous partez au Luxembourg. C’est triste.

Une plaque d’égout à Pont-à-Mousson. - Radio France
Une plaque d’égout à Pont-à-Mousson. © Radio France - Victor Vasseur

Près 2000 salariés sur les sites, dont celui de Pont-à-Mousson

A Pont-à-Mousson, le maire Henry Lemoine, n'est sait pas plus sur l’avenir de l’entreprise. Ce qu'il craint, c'est l'arrivée d'un grand groupe étranger : "Notre préférence à nous, quand on voit ce qui s’est passé à Blanquefort avec Ford, ce qui s’est passé à Hambach, on préfère que ce soit une solution franco-française, ou au moins européenne."

Le maire Henry Lemoine qui conclut : "Lorsque Saint-Gobain éternue, c'est toute la ville qui s'enrhume."

Le maire de Pont-à-Mousson, Henry Lemoine. - Radio France
Le maire de Pont-à-Mousson, Henry Lemoine. © Radio France - Victor Vasseur

Entrevue avec le ministre

Une délégation emmenée par deux députés rencontrera Bruno Le Maire au ministère de l’Economie ce mardi 16 avril. La députée France insoumise Caroline Fiat et sa collègue socialiste Dominique Potier seront présentes. Ce lundi, le ministre doit échanger avec le PDG du groupe Pierre-André De Chalendar.