Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Mobilisation en baisse pour l'acte 12 des gilets jaunes, des tensions en fin de journée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Pour l'acte 12 de la mobilisation, les gilets jaunes ciblaient les violences policières ce samedi. A Paris, la situation s'est tendue en fin de journée. Deux policiers ont été blessés à Nantes et des tensions sont apparues en fin de journée dans plusieurs villes.

La manifestation parisienne émaillée par des tensions en fin d'après-midi près de la place de la République à Paris
La manifestation parisienne émaillée par des tensions en fin d'après-midi près de la place de la République à Paris © Radio France - YOAN VALAT/EPA/Newscom/MaxPPP

Alors que la polémique sur les LBD, les lanceurs de balle de défense, fait rage, l'acte 12 de la mobilisation des gilets jaunes à Paris rendait hommage aux blessés ce samedi. En province des rassemblements régionaux étaient organisés dans de nombreuses villes. La mobilisation plus faible ce samedi dans toutes les villes de France s'est déroulée en grande partie dans le calme.

Des tentions ont éclaté en fin de journée, à Paris, mais aussi dans différentes villes de province, comme à Nantes où deux policiers ont été blessés.

L'essentiel à 18h00

  • A Valence, transformée en ville morte, le cortège qui a réuni environ 5 400 personnes selon la préfecture de la Drome s'est dispersé vers 17h. 18 personnes ont été interpellées pour transport d'objets dangereux.
  • Des tensions ont eu lieu dans différentes villes. A Paris, mais aussi  à Bordeaux, Nantes, Caen, Nancy ou Strasbourg.
  • Hommage aux blessés :  c'est le thème des rassemblements de l'acte 12 des gilets jaunes. A Paris, mais aussi dans de nombreuses villes de France les manifestants sont grimés. Ils réclament l'interdiction des lanceurs de balles de défense.
  • Le ministère de l'intérieur dénombre 58 000 manifestants dans toute la France. Il en avait décompté 69 000 la semaine dernière.
  • A Paris, le cortège rassemble 13 800 personnes selon un comptage indépendant effectué pour les médias français. Le ministère de l'Intérieur en dénombre 8 000. La tension est montée d'un cran en milieu d'après-midi avec des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants.
Les chiffres de la mobilisation des gilets jaunes le samedi 2 février - Visactu
Les chiffres de la mobilisation des gilets jaunes le samedi 2 février © Visactu

Tensions et interpellations dans la manifestation parisienne

A Paris, après un défilé sans heurts, de premiers incidents ont éclaté aux alentours de la place de la République, où les forces de l'ordre ont commencé à faire usage de lacrymogènes et de canon à eau pour maintenir à distance des manifestants qui leur lançaient des projectiles. 22 personnes ont été interpellées.

Selon le comptage effectué par la société Occurrence, mandatée par le collectif des rédactions nationales et régionales françaises, le cortège a réuni 13 800 personnes. Il est parti derrière une banderole réclamant "l'interdiction des grenades et des LBD". Jérome Rodrigues, figure du mouvement, gravement blessé la semaine dernière a été acclamé. 

Des rassemblement régionaux  et un cortège à Paris

Dans la plupart de ces cortèges ou rassemblements, une partie des manifestants a choisi de se grimer pour dénoncer les violences policières.

A Valence,  de nombreux contrôles ont eu lieu avant le départ du cortège. La préfecture de la Drome dénombre 5 400 personnes. 18 interpellations de personnes transportant des objets dangereux ont eu lieu. Plus d’une centaine d’objets dangereux ont été saisis (haches, couteaux, sabre japonais, batte, grenade à fumée blanche). Le cortège s'est éparpillé en fin d'après-midi dans le calme.

A Nantes, où 500 personnes défilaient dans le centre-ville dans une atmosphère tendue, deux policiers ont été blessés par des jets de projectiles et un manifestant a été interpellé.

A Tours, épicentre du rassemblement pour le Grand-Ouest, les "gilets jaunes" étaient plus de 3 000. Les manifestants sont passés notamment devant la préfecture où la situation s'est tendue. Le réseau de tramway a été coupé dans le centre-ville. 

A Toulouse, 4 000 personnes ont défilé dans les rues de la ville, notamment sur la place du Capitole. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène

A Bordeaux, la manifestation a regroupé 4 500 à 5 000 personnes. Des heurts ont éclaté près de l’hôtel de ville. Des manifestants ont lancé des projectiles sur les forces de l’ordre qui ont dispersé les casseurs avec du gaz lacrymogène et des tirs de LBD.

A Marseille, 2 000 personnes ont défilé du Vieux-Port au Vélodrome sous des banderoles faussement ensanglantées pour dénoncer les blessures infligées par la police à des manifestants depuis le début du mouvement.

A Morlaix, environ un millier de manifestants ont défilé, notamment devant la préfecture, où quelques grenades lacrymogènes ont été utilisées par les forces de l'ordre

A Nancy, il y a eu des face-à-face tendus entre les manifestants qui étaient plusieurs centaines et les forces de l'ordre.

A Strasbourg, après une matinée dans le calme, où le cortège a marché jusqu'au Parlement européen avant de revenir au centre-ville. Le tout dans un climat parfois tendu entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait plusieurs fois usage de gaz lacrymogène.

A Caen, près de 2 000 personnes s'étaient rassemblées dans le calme en matinée.

Au Boulou, près de Perpignan des gilets jaunes ont tenté ce matin d’accéder à la barrière de péage du Boulou sur l’autoroute A9. Ils ont été refoulés par les forces de l’ordre. Dans les Pyrénées-Orientales les manifestants ont aussi coupé la circulation dans les deux sens sur l'autoroute au niveau du Perthus, à la frontière entre la France et l'Espagne

Les manifestations à suivre près de chez vous

Des villes barricadées

Valence Ville morte, Tours et Morlaix barricadées : les villes qui vont se retrouver siège de rassemblement régional des gilets jaunes pour ce 12ème samedi de manifestation, ont pris leurs dispositions : transports en commun interrompus ou centre-ville accessible uniquement pour les riverains, et à pied, mobilier urbain enlevé par précaution.

Le mot d'ordre de ce 12ème épisode : non aux violences policières, et  hommages aux gilets jaunes tués dans des accidents de la route auprès des rond-points, ou blessés par des tirs de LBD pendant les manifestation. A Marseille,  des gilets jaunes ont prévu d'ériger un  "mur de la honte" manifestation également à Nantes, Toulouse, Nancy ou Bordeaux. 

Les lanceurs de balles de défense autorisés

Le gouvernement s'attend à un nouveau samedi tendu : le conseil d'état a refusé hier d'interdire l'usage des lanceurs de balles de défense par les forces de l'ordre. Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner s'en félicite, malgré les blessures graves que ces armes peuvent occasionner.

Pour l'acte 12, les gilets jaunes ciblent les violences policières. Ils défileront à Paris dans la capitale pour réclamer l'interdiction du "LBD-40 et des grenades GLI-F4 et GMD". Les manifestants sont invités à venir avec "des pansements sur l'oeil, des bandages, de mettre du rouge sur les gilets jaunes en guise de sang", selon des appels lancés sur Facebook.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu