Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Raismes, le maire part en guerre contre les dépôts sauvages de déchets dans sa commune

jeudi 1 novembre 2018 à 21:15 Par Sophie Morlans, France Bleu Nord

La ville de Raismes, près de Valenciennes, dépense chaque année 72 000 euros pour ramasser les déchets abandonnés sur un trottoir ou en bordure de forêt. C'est du gâchis pour le maire, Aymeric Robin, qui lance une grève symbolique du ramassage.

chaque année, les services municipaux ramassent 72 tonnes de déchets abandonnés, certains sont toxiques
chaque année, les services municipaux ramassent 72 tonnes de déchets abandonnés, certains sont toxiques - ville de Raismes

Raismes, France

Carcasses de vélos, matelas, déchets verts issus des tontes de jardins, ou morceaux de tôles provenant de chantiers, les services municipaux ne comptent plus les dépôts sauvages dans la commune de Raismes, près de Valenciennes. L'enlèvement de ces dépôts représente un coût important pour la ville: "70 camions d'une tonne mobilisés dans l'année, cela équivaut à une dépense de 72.000 euros", déplore le maire, Aymeric Robin. "Avec cet argent, pourtant, nous pourrions repeindre une école, mieux aménager les routes pour éviter les accidents, ou installer du mobilier urbain, des terrains de jeux pour les enfants."

Il y a bien des verbalisations sur la commune, en cas de dépôt sauvage, qui s'échelonnent de 68 à 1.500 euros, mais elles ne sont visiblement pas assez dissuasives.

Tout le monde veut sauver la planète, mais il n'y a personne pour sortir les poubelles.

Ces dépôts se multiplient depuis que le rythme des collectes d'encombrants a été réduit et qu'il faut se déplacer à la déchetterie.  "Ce n'est pas une raison", peste l'élu. "En plus d'être égoïstes, ces personnes sont lâches, car elles mettent parfois la vie des autres en danger. Parmi les déchets que nous trouvons, certains contiennent de l'amiante et doivent être maniés avec précaution".

Ecoeuré, l'élu a décidé de lancer une grève symbolique. A compter du samedi 3 novembre, et pendant 20 jours, il n'y aura aucun enlèvement de ces déchets. Les dépôts seront simplement balisés d'un panneau rappelant les peines encourues. Les équipes procéderont ensuite à un grand ramassage et les dépôts seront rassemblés sur la Grand Place et pesés.  

La ville espère provoquer une prise de conscience

"On va montrer aux yeux de tous la réalité de la situation sur nos routes et dans notre forêt. J'espère que ce jour-là, tout le monde regardera ses chaussures et sera honteux du résultat", dit le maire qui veut créer un sursaut citoyen. Nous sommes tous responsables: ceux qui agissent mais aussi ceux qui voient. Ils doivent parler et nous aider à remonter jusqu'aux fautifs, en nous signalant tout dépôt.  

Le reportage à Raismes de Sophie Morlans