Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Reims, incertitudes sur le maintien du marché de Noël 2020 face aux contraintes sanitaires

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Comme à Strasbourg ou d'autres villes, la question du maintien ou non du marché de Noël de Reims est posée. La jauge d'ici novembre, la gestion des chalets alimentaires, ou encore la distanciation dans les files d'attente : les organisateurs doivent faire avec de nouvelles contraintes.

Le marché de Noël de Reims s'est voulu davantage tourné vers les produits locaux cette année, en particulier le Champagne.
Le marché de Noël de Reims s'est voulu davantage tourné vers les produits locaux cette année, en particulier le Champagne. © Radio France - Thomas Vichard

C'est l'incertitude de cette fin d'année 2020 : les traditionnels marchés de Noël pourront-ils avoir lieu malgré la crise sanitaire ? A Strasbourg, l'organisation du premier marché de Noël de France -2 millions de visiteurs et 300 chalets- vire au casse tête et la question de son maintien est posée. Même inquiétude à Reims sur le maintien ou non du marché de Noël face aux contraintes sanitaires. Il doit normalement ouvrir ses portes le 20 novembre, pour 5 semaines. 

La contrainte de l'espace 

La dernière réunion entre la préfecture et l'association de commerçants "Les Vitrines de Reims", qui l'organise, date de mercredi 7 octobre. Et le dernier scénario sur la table prévoit des lieux différents d'abord. Les organisateurs proposent ainsi le classique parvis de la cathédrale, le jardin Henri Deneux situé juste derrière la cathédrale Notre Dame, et d'installer le village pour enfants sur les Hautes promenades. Exit donc la cour du palais du Tau, véritable "cul de sac". Mais ça pose la question de la sécurité : il faudrait plus de vigiles et de forces de l'ordre, car plus éparpillés.  

Autre nouvelle contrainte à prendre en compte : les organisateurs doivent gérer les files d'attente avec... la distanciation physique. Et veiller à ce qu'il n'y aie jamais plus de visiteurs que la jauge autorisée. Les vitrines de Reims envisagent ainsi de mettre en place des tapis connectés pour calculer en temps réel le nombre de personnes qui entrent et qui sortent. 

Une jauge réduite à 1.000 en novembre ? 

Or si le nombre de personnes pouvant être accueilli en même temps est réduit à 1.000 personnes au lieu de 5.000, c'est la question de la rentabilité de l'organisation du marché de Noël de Reims qui est carrément posée. L'association des Vitrines de Reims reçoit des coups de téléphone tous les jours car les exposants sont inquiets, parfois même divisés sur le maintien. Sachant que la location d'un chalet sur le marché de Noël de Reims coûte en moyenne 3.500 euros pour 5 semaines, mais ça peut varier en fonction de la taille, et il faut donc pouvoir rentabiliser l'investissement là aussi.

Et puis que faire enfin du vin chaud, des churros, et du champagne ? Car tous ces produits qui se consomment en déambulant dans les allées devront être consommés assis. Car la préfecture de la Marne a déjà prévenu : il sera interdit de consommer debout.  Il y a possibilité de faire sans les stands de vin chaud, c'est le choix qu'a fait par exemple l'un des plus grands marchés de Noël d'Allemagne celui de Fribourg. Mais les stands alimentaires représentent un tiers des 150 chalets à Reims et pour les organisateurs, le marché de Noel de Reims, sans stand de champagne par exemple, ce serait impensable. 

Comme à Strasbourg, les organisateurs du marché de Noël de Reims devraient être fixés d'ici le 15 octobre

Choix de la station

À venir dansDanssecondess