Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Reims, le maire veut expérimenter la dépénalisation du cannabis

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Arnaud Robinet a écrit une lettre au Premier ministre, Jean Castex, dans laquelle il affirme vouloir expérimenter sur sa commune la légalisation du cannabis. Le maire de Reims (Marne), justifie sa position par une "répression inefficace depuis 30 ans."

Le maire LR de Reims, Arnaud Robinet. Image d'illustration.
Le maire LR de Reims, Arnaud Robinet. Image d'illustration. © Radio France - Aurélie Jacquand

Faut-il, oui ou non, rendre le cannabis légal en France ? La question est loin d'être nouvelle et les politiques sont toujours autant divisés sur le sujet. À Reims (Marne), le maire Les Républicains, Arnaud Robinet, relance le débat autour de la dépénalisation de cette drogue et veut faire de sa ville un terrain d'expérimentation en la matière. L'élu a écrit, en ce sens, au Premier ministre, Jean Castex et l'invite à "ouvrir un débat."

Une légalisation encadrée

Amorcer une dépénalisation du cannabis en France, via l'échelle locale, Arnaud Robinet y croit. "Si l'État ne souhaite pas généraliser et prendre cette décision, qu'il fasse une expérimentation sur plusieurs villes de France pour avoir un retour suffisant et notamment pourquoi pas ici à Reims. On le voit aujourd'hui, les problèmes de violences que nous connaissons dans nos quartiers sont quasiment tous liés à des trafics de stupéfiants et majoritairement au cannabis. Il y a aussi un volet sanitaire, aujourd'hui un fumeur de cannabis ne sait pas ce qu'il fume parce que c'est coupé avec d'autres produits. Il faut qu'on puisse contrôler et accompagner l'usage de cette drogue. Je souhaite que le gouvernement puisse ouvrir un débat, avec des experts, sur cette légalisation, encadrée bien sûr", argumente le maire LR de Reims.

La répression, "depuis 30 ans c'est un échec"

La cité des sacres a récemment fait l'objet d'une autre expérimentation celle de l'amende forfaitaire de 200 euros pour usage de cannabis. Généralisée à tout le pays depuis, le bilan rémois est "pauvre" selon le maire de Reims qui ajoute que "sur les 147 communes qui dépendent de la zone juridictionnelle de Reims, c'est à peu près 50 verbalisations. À Rennes, qui faisait aussi partie de l'expérimentation, il n'y a que 30% des amendes qui ont été payées", ajoute Arnaud Robinet.

Il dénonce la politique de répression menée par la France. "On est l'État le plus répressif en la matière et paradoxalement le pays où il y a le plus de consommateurs. La répression est-elle la seule solution ? Je ne le pense pas, en tout cas depuis 30 ans c'est un échec", tacle l'élu. "Moi je n'ai pas d'idée préconçue mais je veux que ce débat sorte de débats idéologiques, droite-gauche, des positions stoïques, fermes. Certains, même de ma famille politique, vont me dire que je suis opposé au ministre de l'Intérieur. Pas du tout ! Avec Gérald Darmanin on a le même objectif : lutter contre les trafics de drogue", conclut Arnaud Robinet. Il compte d'ailleurs aborder la question face au locataire de l'hôtel de Beauvau, possiblement ce lundi puisque Gérald Darmanin pourrait, selon nos informations, venir à Reims. Invité de BFM TV le 7 septembre dernier, le ministre de l'Intérieur était critique à l'égard d'une dépénalisation du cannabis : "C'est une lâcheté."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess