Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Reims, les apprentis gendarmes se forment au concours d'officier

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La promotion 2021 de la Classe Préparatoire Intégrée de la Gendarmerie Nationale était "en sortie" ce lundi. Les vingt apprentis gendarmes ont passé la journée à la caserne Battesti de Reims pour apprendre les bases du métier en vue du concours d'officier.

La promotion de la CPIGN a passé la journée de lundi à la caserne Battesti de Reims
La promotion de la CPIGN a passé la journée de lundi à la caserne Battesti de Reims © Radio France - Stéphane Maggiolini

Les gendarmes de demain en déplacement à Reims ce lundi. Vingt jeunes de la Classe Préparatoire Intégrée de la Gendarmerie Nationale sont venus passer la journée à la caserne Battesti. Basée à paris, la CPIGN forme aux concours d'officier de gendarmerie, une formation d'un an avec quelques déplacements en région pour échanger avec des militaires professionnels et approfondir les bases du métier.

Apprendre, malgré le Covid

"Tout d'abord on a une phase d'incorporation qui nous permet de faire un premier pas dans l'institution. On appréhende les bases de la vie militaire, par exemple le chant, marcher au pas, le tir. Ensuite on a une phase académique pour nous préparer aux écrits, aux oraux et au sport", explique Pauline Kanzler, gendarme adjoint volontaire et membre de la CPIGN, une bulle en pleine crise sanitaire qui permet à l'étudiante de 23 ans de poursuivre sa formation sereinement. "Avec les confinements, la pandémie, on reste un groupe, on se porte tous pour s'entraîner au mieux et pour pas baisser les bras. J'imagine que pour les autres étudiants dans le civil c'est plus compliqué", raconte-t-elle.

Une formation pour l'égalité des chances

Durant leur formation, les apprentis gendarmes obtiennent automatiquement le grade d'adjoint volontaire. Ils sont nourris et logés gratuitement, ils reçoivent une solde de 1.000 euros mensuels. La spécificité de cette classe c'est qu'elle est fondée sur le principe de l'égalité des chances. "Le profil de ces jeunes est divers et varié. La Gendarmerie a pour but d'aller chercher des jeunes méritants qui ont su mener leur barque brillamment en étant diplômé de l'enseignement supérieur et qui ont du faire face à des difficultés économiques, sociales, familiales etc. On cherche à leur donner une chance d'accomplir leur rêve de devenir gendarme", explique le chef d'escadron Sila, commandant de la CPIGN.

Les inscriptions pour la prochaine promotion de la classe sont ouvertes jusqu'au 15 mai 2021. Pour postuler il faut répondre à plusieurs critères : être de nationalité française, être âgé de 26 ans minimum, avoir effectué la journée défense et citoyenneté, être titulaire d'un Master 2 ou d'un diplôme niveau équivalent et être boursier. Renseignements à prendre et dossier à déposer dans un centre d'information et de recrutement à la Gendarmerie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess