Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Reims, une journée pour promouvoir le sport et le handicap

mercredi 27 mars 2019 à 19:47 Par Thomas Coignac, France Bleu Champagne-Ardenne

Comme une trentaine de villes en France, Reims a accueilli, ce mercredi, la journée nationale du sport et du handicap. Une manifestation organisée par les étudiants en STAPS, pour inviter les valides a mieux connaître le quotidien des personnes handicapées.

Démonstation d'escrime assise pour les jeunes.
Démonstation d'escrime assise pour les jeunes. © Radio France - Thomas Coignac

Reims, France

Ce sont des noms de sports qui ne vous sont peut être pas familiers. Le cécifoot, du football pour les aveugles et malvoyants ou encore la boccia, de la pétanque assise. Pendant une journée, les valides ont pu s'essayer à ces sports paralympiques, en se mettant un bandeau sur les yeux, ou en s'asseyant sur un fauteuil roulant. Toute la journée, entre 9h et 21 heures, la halle universitaire de la Croix Rouge, sur le Campus de Reims a accueilli ces deux diciplines, mais aussi des parcours en fauteuil roulant, de l'escrime assise, ou encore des initiations à la langue des signes... 

Parce que, ce mercredi 27 mars, c'était la 7e journée nationale du sport et du handicap, organisée, comme chaque année par les étudiants en Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Une journée nationale, avec, cette année, des manifestations dans une trentaine de villes dans tout le pays, dont, pour la première fois, en Guadeloupe. L'idée, mettre en lumière le sport et le handicap, à cinq ans et demi des Jeux paralympiques de Paris, alors que, ce mardi, a été lancé La Relève, un programme pour trouver de potentiels athlètes pour les Jeux. 

Ça doit être super difficile pour monter les trottoirs

Et dans le gymnase, l'après midi, des collégiens ont pu se rendre compte de la difficulté d'être handicapé dans le sport donc, mais aussi dans la vie. "Ça doit être super difficile pour monter les trottoirs, et traverser la rue", reconnaît Julie, qui s'est quand même plutôt bien sortie dans le maniement de leur fauteuil. Elle vient de disputer une épreuve de biathlon : un slalom sur 10 mètres, puis trois tirs sur des cibles, avec une carabine laser. 

2/3 au tir pour le jeune Philippe, 13 ans et demi, du collège Joliot-Curie à Reims, qui, lui aussi a découvert certaines choses : "c'est bien de voir comment font les handicapés. Parce qu'ils aimeraient bien marcher comme nous, mais ils ne peuvent pas". Sa professeure de sport, Nathalie, souligne les bienfaits de la journée : "c'est ludique pour eux. Mais en même temps ils se rendent compte des difficultés, de manipulation du fauteuil, de jouer au foot à l'aveugle. C'est une bonne matinée à plein de points de vue". 

Les consignes avant la partie de boccia. - Radio France
Les consignes avant la partie de boccia. © Radio France - Thomas Coignac

"Une bonne manière de faire de l'intégration sociale et de casser les préjugés", dit Julia Morange, l'organisatrice de la journée. Une réussite au niveau de la mixité, avec, ce mercredi la présence, chez les scolaires, de jeunes écoliers, collégiens et lycéens valides, d'autres handicapés physiques, et certains venus des Instituts Médico-Educatifs (IME) qui accueillent les enfants et adolescents handicapés atteints de déficience intellectuelle.