Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Rouen, une boîte de nuit exaspère les riverains

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les riverains de la discothèque le Kube Klub vivent un enfer depuis plusieurs années. Rodéos de voitures, casse, bagarres, cris... les nuisances sont importantes.

La devanture noire du Kube Klub situé rue François Arago à Rouen
La devanture noire du Kube Klub situé rue François Arago à Rouen © Radio France - Rudy Pupin

Difficile de dormir la nuit pour les habitants du quartier de la place des Emmurés à Rouen. La discothèque le Kube Klub, situé rue François Arago, génèrent selon eux trop de nuisances. Le problème dure depuis quelques années maintenant mais les pétitions et changements successifs de propriétaire n'y font rien. Les riverains ont sollicité à de nombreuses reprises les autorités. Ils estiment cependant ne pas être entendus. 

Des fins de semaine très agitées

Les fins de semaine se ressemblent pour les riverains. Vers 5 heures du matin, les vendredis, samedis, dimanches et lundis, le quartier s'anime. "C'est toujours lorsque la discothèque ferme. On n'entend pas la musique et ce qui se passe à l'intérieur, c'est lorsque les clients sortent que cela pose souci. Ils crient, certains se bagarrent", indique Patrick, propriétaire depuis 15 ans d'un appartement situé à une centaine de mètres de la boite de nuit. 

Mais les riverains ne sont pas importunés uniquement par le bruit de fêtards trop expressifs. "Des voitures sont abîmées, ils font ronronner leur véhicule et font la course avec sur le boulevard. On casse nos carreaux, on tape dans nos portes", ajoute Patrick. Sans compter l'état de la rue les lendemains de soirée, les cartouches de protoxyde d’azote, substance psychoactive, jonchent le sol. 

Des cartouches de protoxyde d’azote sur le trottoir tout près de la boîte de nuit - Radio France
Des cartouches de protoxyde d’azote sur le trottoir tout près de la boîte de nuit © Radio France - Rudy Pupin

Une situation qui exaspère Françoise, une autre riveraine : "Je suis devenue insomniaque. Je suis obligée de prendre des traitement que je ne devrais pas prendre. Je suis fatiguée, je n'en peux plus". 

Les circonstances, en plus d'avoir un impact sur la santé des riverains, ont aussi des conséquences financières. Le vétérinaire, situé juste à côté de ce qui était il y a vingt ans un PMU, a dû faire appel plusieurs fois à son assurance. "Une fois, sur quinze jours, nous avons eu deux fois la vitrine cassée. C'est insupportable. Nous avons dû installer un rideau, à nos frais. Nous avons eu, avec les autres riverains, des réunions avec le maire mais nous avons jamais eu de réponse concrète", indique Alain, le propriétaire de la clinique.

Le patron de la boite regrette ces nuisances

L'actuel gérant de la discothèque, Stéphane Cucu, regrette ces nuisances. Il dit pourtant avoir fait le nécessaire pour les réduire. Une enquête acoustique a été faite pour contenir le son à l'intérieur de la salle et un fumoir a été construit pour que les clients en sortent le moins possible. 

"Nous étalons aussi les sorties, nous avons même un agent sur la voie publique pour accompagner les gens jusqu'à leur voiture pour qu'ils ne stagnent pas devant l'établissement. On peut toujours faire mieux mais je pense qu'aujourd'hui, nous avons fait déjà beaucoup d’effort !", indique le gérant. 

Le logo du Kube Klub à l'intérieur de la discothèque  - Radio France
Le logo du Kube Klub à l'intérieur de la discothèque © Radio France - Rudy Pupin

Stéphane Cucu comprend la colère des habitants mais estime qu'il ne doit pas être le seul a devoir prendre ses responsabilités : "Il n'y a pas que mes clients, le quartier est compliqué. Je pense que s'il y avait un peu plus de présence policière cela calmerait les gens qui font des rodéos en voiture au bout de la rue". Le patron du Kube se dit ouvert à toute discussion, avec les habitants notamment, pour faire avancer les choses. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu