Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

A Rouen, des voitures équipées de caméras relèvent les infractions au stationnement

Deux voitures à lecture automatique de plaque d'immatriculation sillonnent désormais les rues de Rouen pour verbaliser ceux qui n'ont pas payé leur stationnement. La municipalité souhaite ainsi éviter les voitures ventouses et inciter les automobilistes à un comportement civique.

Deux voitures à lecture automatique de plaque d'immatriculation sillonnent les rues de Rouen depuis quelques jours. Deux voitures à lecture automatique de plaque d'immatriculation sillonnent les rues de Rouen depuis quelques jours.
Deux voitures à lecture automatique de plaque d'immatriculation sillonnent les rues de Rouen depuis quelques jours. © Radio France - Christine Wurtz

Elles sont blanches, elles n'affichent aucun sigle, mais les deux Citroën Berlingo sont assez repérables dans le trafic avec leur dispositif de caméras installé sur le toit. Sept caméras à double objectif reçoivent les informations des horodateurs et se déclenchent dès qu'elles passent à proximité d'une voiture dont le propriétaire n'a pas payé son stationnement. 

Publicité
Logo France Bleu

Elles circulent a Rouen depuis le 18 octobre et sillonnent les rues de Rouen à faible vitesse. Dans la voiture, un agent au volant, et trois agents équipés de tablette qui reçoivent les images. 

Les images prises par les caméras sont transmises aussitôt aux agents dans la voiture. © Radio France - Christine Wurtz

Quatre photos de la voiture sous différents angles et une photo de la plaque. L'agent vérifie ensuite le contexte avant de verbaliser.

Là on voit bien que la personne est stationnée sur une place réservée aux livraisons, donc on ne verbalise pas, explique l'un des agents.

Les agents ne verbalisent pas non plus quand ils aperçoivent une carte de stationnement pour les personnes handicapées ou s'il y a quelqu'un dans la voiture. 

Les autres contrevenants reçoivent un F.P.S, un forfait post-stationnement à 25 euros. Ils ont un mois pour contester, auprès de la Société Publique Locale, que préside Christine Rambaud, l'adjointe au maire de Rouen. La ville se défend d'ailleurs de chercher à remplir ses caisses. Il s'agit surtout d'éviter les voitures ventouses, de favoriser la rotation des véhicules sur les places de stationnement en centre ville et d'inciter les automobilistes à plus de civisme : 

Actuellement, le stationnement est payé par 25% des utilisateurs de l'espace public, c'est très insuffisant. Notre objectif, c'est de faire comprendre aux citoyens que payer son stationnement, c'est aussi normal que de payer sa place au cinéma.

Les voitures vont tourner tous les jours, entre 9 heures et 19 heures. Elles sont capables de contrôler plusieurs fois par jour les 6000 places payantes de la ville en une seule journée, ce qui était impossible pour les 12 agents de la ville à pieds ou à vélo. 

L'objectif, c'est évidemment de faire en sorte que tous les automobilistes paient leur stationnement. Si c'est le cas, à terme, la ville pourrait-elle réduire les tarifs ? "Pourquoi pas réfléchir à ça, reconnait Christine Rambaud, ce serait une bonne idée"

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu