Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Saint-Apollinaire, une résidence spécialisée accueille vingt personnes souffrant de troubles psychiques

jeudi 12 avril 2018 à 19:17 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Ouvert au mois de février, le centre d'accueil spécialisé pour personnes souffrant de troubles psychiques accueille vingt patients. Il a été inauguré le 19 mars à Saint-Apollinaire (Côte-d'Or). Il accueille vingt patients.

La Résidence Accueil est située au 4 rue Tabourot des Accords à Saint-Apollinaire
La Résidence Accueil est située au 4 rue Tabourot des Accords à Saint-Apollinaire © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

C'est un constat : en Côte-d'Or, on manque de logements dédiés aux personnes en situation de handicap. A Saint-Apollinaire, depuis le mois de février, un centre d'accueil spécialisé pour les personnes souffrant de troubles psychiques a ouvert ses portes. Il accueille vingt patients. L'objectif de cette résidence, c'est de rendre aux patients une autonomie complète et qu'ils quittent le centre pour un logement individuel. 

La salle de détente de la résidence  - Radio France
La salle de détente de la résidence © Radio France - Stéphane Parry

Vu de l'extérieur, la résidence construite dans le cœur historique de Saint-Apollinaire ressemble à une grande bâtisse. Les tons sont chaleureux. Les matériaux utilisés sont de qualité. Une fois à l'intérieur, on entre dans une belle pièce de vie équipée d'un coin cuisine. A l'étage, on trouve les studios où sont logés les patients. On a aussi une terrasse et une laverie. 

Le coin cuisine où les résidents peuvent se faire à manger  - Radio France
Le coin cuisine où les résidents peuvent se faire à manger © Radio France - Stéphane Parry

"Il faut voir cette résidence comme une transition entre l'hôpital et le logement individuel" explique Michel Martin, président de la Mutualité Française Bourguignonne, un des partenaires du projet. Pour aider les personnes souffrant de troubles psychiques, les bénévoles de l'association Espérance ne ménagent pas leurs efforts à l'image de leur président, Francis Jan : "On vient animer des activités, comme la gymnastique douce, des cafés rencontres et des spectacles. On permet aux résidents d'avoir une vie conviviale et sociale". 

Francis Jean, de l'association Espérance : "c'est mieux que ce que nous avions imaginé"

Valoriser les habitants qui vivent dans la résidence

La résidence a été financée par Villéo, le bailleur social, le prêt locatif aidé d'intégration (PLAI) de la caisse des dépôts et enfin par l'Etat et Dijon Métropole. En tout le coût avoisine les 2 millions d'euros. Détail important : chaque locataire prend en charge ses dépenses liées au loyer ou encore à la nourriture, sans quoi ce type de résidence ne pourrait pas fonctionner économiquement parlant, ce que confirme Marcel Elias, le président de Villéo: "C'est un projet symbolique, qui en appelle d'autres. Je crois qu'il y a urgence à répondre aux besoins des personnes souffrant de troubles psychiques". 

Marcel Elias président de Villéo : "il y a urgence à répondre aux besoins"

La résidence compte vingt logements tous occupés - Radio France
La résidence compte vingt logements tous occupés © Radio France - Stéphane Parry

Ouverte au mois de février, la résidence affiche complet. En 2018, ce sont 2500 places dans les résidences pour des personnes souffrant de troubles psychiques qui doivent ouvrir en France. 

De gauche à droite, Marcel Elias,  président de Villéo, Michel Martin, président de la Mutualité Française Bourguignonne, Jean-François Dodet, le maire de Saint-Apollinaire et Rémy Delatte, le député  - Radio France
De gauche à droite, Marcel Elias, président de Villéo, Michel Martin, président de la Mutualité Française Bourguignonne, Jean-François Dodet, le maire de Saint-Apollinaire et Rémy Delatte, le député © Radio France - Stéphane Parry