Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Saint-Saulve, des robots pour accompagner les personnes âgées

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Deux robots sont arrivés cet été à la fondation Serbat, un Ehpad de Saint-Saulve. Ils vont accompagner les résidents dans leurs loisirs. Le Conseil Départemental du Nord envisage de déployer ces compagnons virtuels dans les établissements mais aussi à la maison.

Les robots vont être testés par les résidents pendant trois mois
Les robots vont être testés par les résidents pendant trois mois © Radio France - Sophie Morlans

Deux robots ont été présentés vendredi 17 juillet aux résidents de la fondation Serbat, à Saint-Saulve, près de Valenciennes. Baptisés Zoé et Louis, ces compagnons virtuels vont accompagner les personnes âgées dans leurs loisirs pendant une phase test de trois mois. 

A peine impressionnées, Gisèle, 83 ans, et Paulette 82 ans, ont découvert ces drôles de partenaires qui ressemblent à une personne, les bras en moins. La prise de contact a débuté par un atelier d'art-thérapie : à travers l'écran une animatrice a dessiné la forêt imaginée par les résidentes. Puis les deux amies ont pu jouer au pendu, une de leurs activités préférées. 

"J'espère surtout que cet outil me permettra de communiquer avec ma famille, et mes petits-enfants", raconte Gisèle. "Eux sont doués avec ces technologies, mais moi je ne sais pas", déplore la retraitée. Ces robots faciles d'accès sont justement très valorisants explique le médecin coordonateur, Sylvie Soyez : "Quand les familles viennent les voir, ils sortent tous leur smartphone. Ainsi, elles gagnent en autonomie et pourront raconter ce qu'elles ont vécu". Mais Paulette nuance les propos de la soignante : "Rien ne remplace l'humain. Mais enfin, on se contente de ce qu'on a."

ECOUTER : les retraitées ont participé à un atelier d'art thérapie

Ces deux robots Cutii peuvent aussi proposer des cours de gymnastique douce avec un professeur ou encore des visites virtuelles de musées. Une psychologue et une psychomotricienne vont encadrer les activités et étudier lesquelles sont les plus bénéfiques pour les résidents.

C'est l'entreprise roubaisienne Careclever qui a imaginé ces robots Cutii à commande vocale. Certains ont été mis à la disposition de maisons de retraite du Nord pendant le confinement, pour aider les résidents à rompre l'isolement.

"Pendant cette période, nous avons mis en place des visio-conférences avec les familles et on s'est rendu compte que l'outil numérique n'était pas si difficile à utiliser et à comprendre pour nos résidents, même ceux qui souffrent de troubles cognitifs" reconnaît Sylvie Soyez.

Le filtre technique n'est pas un obstacle

Et la professionnelle de santé va plus loin : "En fait ils ont l'impression que l'animateur qui est dans le robot est présent dans la pièce. Si le robot est à la bonne hauteur, et qu'un soignant permet la médiation, le filtre technique n'est pas un obstacle au contraire."

ECOUTER : reportage de Sophie Morlans

Le département du Nord qui a investi 146.000 euros veut généraliser l'assistance de ces robots, y compris aux personnes qui ne sont pas accueillies dans des structures collectives. Dans les prochaines semaines, 10 autres robots seront confiés à des établissements du valenciennois, puis 10 autres dans d'autres structures, à l'automne.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess