Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire des banderoles à Sciences Po Grenoble

À Sciences Po Grenoble, l’ambiance reste très dégradée après l’affaire des affiches dénonçant des professeurs

-
Par , France Bleu, France Bleu Isère

Au cœur de vives polémiques à Grenoble et à Paris au mois de mars dernier, l’Unef a retrouvé une relative sérénité à Sciences Po. L’affaire des réunions non-mixtes a poussé le Sénat à adopter un amendement quine s’appliquera probablement pas au syndicat.

Le site de Sciences-Po à Grenoble
Le site de Sciences-Po à Grenoble © AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

"Des fascistes dans nos amphis." "L’islamophobie tue." Le 4 mars 2021, la branche de l’Unef Grenoble relaie sur son compte Twitter des collages situés sur la façade de Sciences Po, avec le nom de deux professeurs, accusés d’islamophobie. Le syndicat retire son tweet, mais la polémique prend une ampleur nationale. Quelques jours plus tard, le syndicat étudiant au niveau national est accusé de discriminations suite à la mise en place de réunions non-mixtes. La cellule investigation de Radio France a voulu savoir, deux mois après, ce qu’il reste de ces événements.

A Sciences-Po Grenoble, l’affaire des affiches contre des profs supposés "islamophobes" a laissé des traces.
A Sciences-Po Grenoble, l’affaire des affiches contre des profs supposés "islamophobes" a laissé des traces. © AFP - Philippe DESMAZES

Des accusations d’islamophobie

A Grenoble, la situation est encore tendue, et l’incompréhension demeure. Fin novembre 2020, dans le cadre de la préparation de l’édition 2021 de la Semaine de l’égalité, deux professeurs de Sciences Po Grenoble (IEPG, Institut d’études politiques de Grenoble) s’opposent à une enseignante-chercheuse membre du laboratoire de sciences sociales Pacte à propos des termes d’une table ronde intitulée "Racisme, antisémitisme et islamophobie". Les deux professeurs, dont fait partie Klaus Kinzler, qui enseigne l’allemand au sein de l’IEPG, demandent à ce que soit retiré le mot islamophobie, considérant que ce terme ne vise pas des personnes en raison de leur race ou de leur origine, mais juste une religion.

Le débat s’enflamme. La querelle est mise sur la place publique. Les deux profs deviennent des cibles sur les réseaux sociaux. "Le 22 février 2021, des étudiants de l'Union syndicale Sciences Po Grenoble [une scission de l’Unef], le syndicat majoritaire à l'IEPG, lancent sur Facebook un appel à témoignages sur d'éventuels propos problématiques qui auraient pu être tenus dans un cours qui s'appelle 'Islam et musulmans en France', raconte Simon Persico, professeur à Sciences Po Grenoble. Cet appel à témoignages contient des accusations, même si le nom de l'enseignant n'apparaît pas."

Appel à témoignage lancé sur Facebook par l’Union syndicale Sciences Po Grenoble.
Appel à témoignage lancé sur Facebook par l’Union syndicale Sciences Po Grenoble. - Capture d’écran Facebook

Sous la pression, l’enseignante retire l’islamophobie de l’intitulé du débat. La rupture est consommée entre le laboratoire Pacte et les deux opposants. Le climat se dégrade. L’enseignante se voit prescrire un arrêt maladie, et les deux professeurs opposés au débat se disent harcelés. "Il y a eu deux étapes, explique Klaus Kinzler. L'une vient de collègues, des chercheurs qui m’accusent en public de harcèlement. Il y a ensuite une deuxième tentative par des étudiants extrémistes, qui disent que je suis un extrémiste de droite et islamophobe."

"Bonjour à nos ayatollahs en germe"

Fin février, Klaus Kinzler, qui se voit reprocher d’avoir bu une bière devant son écran lors d’un conseil de vie étudiante, écrit un mail "humoristique" aux étudiants syndiqués qui commence par "Bonjour tout le monde! Bonjour surtout à nos petit.e.s Ayatollahs en germe(sic)." Un mail qu’il conclut en signant par : "Un enseignant 'en lutte', nazi de par ses gènes, islamophobe multirécidiviste (…) recherché intensément par la branche islamo-gauchiste d’Interpol Grenoble." Des propos qui ne vont pas apaiser les choses.

"J'étais extrêmement déprimé, se justifie aujourd’hui le professeur, les premiers étudiants commençaient à me dire en cours : 'Pourquoi vous n'aimez pas les musulmans ?' Je sentais que je ne pouvais plus enseigner dans ces conditions, je me suis mis en congé maladie."

Cinq jours plus tard, le 4 mars, ces collages avec les noms de deux professeurs apparaissent sur la façade de Sciences Po Grenoble. Ils sont tweetés par une responsable de l’Unef Grenoble dans la foulée. "La condamnation de ces affiches a été extrêmement rapide et ferme par la direction et toutes les instances de Sciences Po, puis par tous les collègues, se souvient Simon Persico. L'Unef Grenoble va alors très vite faire marche arrière."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les instances parisiennes de l’Unef interviennent en effet pour faire retirer le tweet. "Ça ne correspondait pas du tout à notre mode d'action, confirme Mélanie Luce, la présidente de l’Unef. Pour nous, quels que soient les propos tenus, ce n'est pas avec ce qu'on appelle le 'name and shame' ["nommer pour faire honte"] qu'on va régler nos problèmes. Les dénonciations publiques ne sont en aucun cas une solution."

"Ils resteront des cibles"

Malgré la suppression du tweet, les noms des deux professeurs se répandent, une enquête est ouverte par le parquet de Grenoble, car l’incident se produit après l’assassinat de Samuel Paty. Beaucoup redoutent les conséquences de cette exposition publique. "Ce collage ne partira jamais d'Internet, redoute Amaury Pelloux-Gervais, étudiant en droit et président de l’Uni Grenoble. Des gens penseront toujours que ces professeurs sont islamophobes. Ils resteront des cibles."

Le ministère de l’intérieur envoie alors des policiers pour surveiller le domicile de cinq personnes, dont celui des professeurs concernés et du leader de l’Union syndicale de Sciences Po. "Très vite, le nom de ce dernier circule, mis en pâture sur les réseaux sociaux, critiqué comme s'il était complice de ces actes-là, se souvient encore l’universitaire Simon Persico. La collègue qui organisait la conférence sur l'islamophobie est, elle aussi, mise sous protection, ainsi que la directrice du laboratoire Pacte."

Tous sont devenus des cibles d’anonymes qui se déchainent sur les réseaux sociaux. Les deux enseignants opposés au débat sur l’islamophobie, classés plutôt à droite, sont visés une sphère de gauche, tandis qu’Anne-Laure Amilhat-Szary, directrice du labo Pacte auquel appartient l’enseignante qui voulait organiser le débat sur l’islamophobie, se sent, elle, menacée par l’extrême droite : "Je suis mise en cause par des propos diffamatoires qui ont un caractère sexiste. On me dit que je n'ai pas les capacités pour diriger un laboratoire, on s'attaque à mon apparence, on se demande si je suis ‘baisable’ ou pas... On s'attache à détruire mon être intime de femme."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une ambiance détestable qui ne date pas d’hier

Plus de deux mois après ces événements, les tensions entre certains étudiants et certains professeurs, mais aussi entre les enseignants eux-mêmes n'est toujours pas retombée. Klaus Kinzler n’a toujours pas réintégré sa classe à Sciences Po. "On m’a déconseillé dans la situation actuelle d'être en contact avec les étudiants, déplore Klaus Kinzler. L'atmosphère est encore très pourrie à l'IEPG. Des mails circulent où on nous reproche tous les maux. On est persona non grata, comme des pestiférés."

Un rapport du ministère de l’Enseignement supérieur indique que "le collage du 4 mars est l’aboutissement d’une crise qui naît d’une controverse entre deux enseignants, et tourne au règlement de compte orchestré par une organisation étudiante". Mais cette crise ne date pas d’hier. Selon Amaury Pelloux-Gervais, étudiant en droit et président de l'Union interuniversitaire (UNI) à Grenoble, "une capture d'écran de 2017 montrait déjà que sur un groupe Facebook d’étudiants de Sciences Po, un message de l'Unef Grenoble, aujourd’hui l'Union syndicale, demandait des témoignages d'islamophobie, de sexisme, de racisme de la part des mêmes professeurs".

"Ils ont fait de la surenchère"

Outre leurs divergences politiques et idéologiques sur l’islam, il y aurait aussi une fracture générationnelle entre enseignants, selon Klaus Kinzler, qui estime que les jeunes professeurs seraient plus radicaux qu’avant : "On a assisté à un changement générationnel. Des professeurs de la vieille école, non politisés, érudits, d'une très grande culture et très respectés, ont cédé leur place à une nouvelle génération de jeunes maîtres de conférences et professeurs dans les 35 ans, qui sont extrêmement militants et politisés."

Les professeurs de sciences sociale, notamment ceux du laboratoire Pacte, réfutent cette analyse. Eux ont le sentiment que leurs deux collègues ont fait de la surenchère. "La campagne médiatique dans laquelle ils se sont engagés nous a blessés, regrette Simon Persico, également membre de Pacte. Cela a contribué à rendre public des noms de collègues, qui se sont fait menacer, insulter. Et cela a dressé un tableau de Sciences Po Grenoble très caricatural, comme si on était un lieu dans lequel on ne pouvait pas avoir de discussion sereine, dans lequel la liberté d'expression était bafouée alors que ce n'est pas du tout le cas. On est habitués au débat pluraliste, respectueux des opinions diverses." Simon Persico leur reproche aussi de remettre en cause l’intérêt des sciences sociales. "En disant qu'elles ne servaient à rien, voire qu'elles n'étaient pas des sciences, cela nous a beaucoup blessés puisque c'est le cœur de notre métier, notre conviction profonde."

Extrait du communiqué du laboratoire Pacte du 7 décembre 2020.
Extrait du communiqué du laboratoire Pacte du 7 décembre 2020. - Communiqué Pacte

Le 4 mai 2021, le procureur de Grenoble a ouvert une enquête pour "injure, diffamation, harcèlement et cyberharcèlement". Elle cible surtout les étudiants qui ont placardé les affiches. Le rapport de l’inspection générale de l’éducation, quant à lui, met en cause le comportement de l’Union syndicale Sciences Po Grenoble. Mais il pointe aussi des erreurs et des manquements de tous les acteurs de cette affaire, qui ont créé un climat de tension.

Autre polémique : les réunions non mixtes

L’Unef a par ailleurs été dans le viseur de nombreuses personnalités politiques, pour avoir organisé des réunions non-mixtes. Le 19 mars 2021, le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer réagit sur RMC :"C’est profondément scandaleux, des gens qui se prétendent progressistes et qui distinguent les gens en fonction de la couleur de leur peau, nous mènent vers des choses qui ressemblent au fascisme."

L’idée de mettre en place des réunions non-mixtes n’est pas récente. En 2013, l’Unef constate que la culture dominante en son sein est très machiste. Le syndicat décide de lancer des groupes de parole réservés aux femmes. "Elles voulaient se réunir pour parler des violences qu'elles ont pu subir, et ne pas se retrouver face à quelqu'un qui aurait pu commettre ces violences, explique Mélanie Luce, l’actuelle présidente de l’Unef. Le sexisme intériorisé fait qu'une femme a beaucoup plus de difficulté à prendre la parole dans un cadre collectif qu'un homme."

"C’est le principe de fonctionnement des alcooliques anonymes, abonde Anne-Laure Amilhat-Szary, directrice du laboratoire Pacte à Grenoble. Des gens osent parler de leurs défauts, de leurs problèmes, parce qu'ils sont entre eux et qu'ils sentent que la règle est la bienveillance. Des réunions non mixtes, il y en a à tous les étages. Les Francs-maçons en sont un exemple privilégié, à l'autre extrémité du champ social."

Abolir la culture du sexisme

Au sein de l’Unef, ces réunions appelée non mixtes, mais dont la participation est libre, ont lieu une à deux fois par an. Elles réunissent des membres du bureau national et des militants des sections locales. "On ne cite pas de nom, tout est anonyme. L'objectif n’est pas la délation, assure Mélanie Luce. Il est d'identifier les problématiques globales qui émergent. Ensuite, un compte rendu est fait, dans un cadre mixte."

Mélanie Luce, présidente de l’Unef, le 8 avril 2021 à Paris.
Mélanie Luce, présidente de l’Unef, le 8 avril 2021 à Paris. © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Suite à ces réunions, le bureau national de l’Unef a lancé des procédures d’exclusion contre des cadres du syndicat. Depuis 2018, il a ainsi exclu quatre personnes, et quatre autres ont démissionné d’eux-mêmes. Le syndicat fait aussi remonter des signalements aux autorités universitaires. C’est notamment le cas à Paris-Dauphine, où un premier dossier est instruit par l’administration.

Prise en compte de toutes les discriminations

Le modèle de ces réunions non mixtes contre le sexisme, a ensuite été reproduit pour les personnes LGBT+, puis aux personnes racisées, c’est-à-dire qui subissent des discriminations liées à leur apparence, leur accent, leur nom ou encore leur origine. "Les femmes ont ouvert le champ", affirme Tidian Bah, étudiante d’origine guinéenne, en première année à Sciences Po

Farah, qui a participé en avril 2021 à une réunion de ce type, raconte :"C'est la première fois où j'ai parlé concrètement du racisme et du sexisme que je pouvais subir dans la société. On vide son sac, et on vide aussi les émotions que l'on peut vivre au quotidien."

Cette récente prise en compte des discriminations raciales dans les préoccupations de l’Unef s’explique notamment par l’augmentation de la diversité au sein des universités et des instances dirigeantes. "Il y a encore dix ou vingt ans, les congrès universitaires étaient extrêmement blancs, alors que l'université été déjà investie par les enfants et les petits enfants issus de l'immigration", analyse Robi Morder, spécialiste des mouvements étudiants. La disparition progressive des associations communautaires liées au pays d’origine a aussi "forcé" les syndicats étudiant à s’approprier ces préoccupations.

"L’Unef a perdu sa grille d'analyse des rapports sociaux traditionnels"

Au printemps 2021, la polémique autour des réunion non mixtes s’est focalisée sur le fait d’exclure les participants en fonction de critères raciaux. L’Unef soutient que personne n’est officiellement exclu. "Tout le monde est au courant de ces réunions. C'est à chacun de savoir où est sa place, se défend Mélanie Luce. Il n'y a pas de vigile à l'entrée pour dire à telle personne de couleur: 'Tu ne vas pas rentrer.' Par contre, lors du compte rendu, chacun va pouvoir attentivement écouter ce qui va être dit par ces personnes sur ce qu'elles peuvent vivre au quotidien et dans l'organisation." "Personne n'est en capacité d'exclure une quelconque personne à partir du moment où la militante ou le militant vient et décide de venir en réunion", confirme Maha Rejouani, ancienne vice-présidente étudiante pour l’Unef à Paris-Dauphine. Cette approche risque de rendre inopérant l’amendement "Unef" voté récemment par le Sénat, qui interdit d’exclure quiconque en fonction de sa race ou de son origine. 

L’entrée de l’université Paris-Dauphine-PSL, en mai 2018.
L’entrée de l’université Paris-Dauphine-PSL, en mai 2018. © Maxppp - Vincent Isore/IP3 Press

Pour Theo Florens, un ancien membre du bureau national de l’Unef, ces réunions sont symptomatiques d’une évolution du positionnement politique du syndicat. La lutte contre le sexisme et les discriminations sur les campus a supplanté, selon lui, la grille historique de la "lutte des classes". "Aujourd'hui, l'Unef trouve bien souvent plus pertinent d'analyser les conflits interpersonnels via le prisme des discriminations, des dominés/dominants, explique-t-il, ce qui n'est pas le prisme des gens qui sont moyennement ou pauvrement dotés en capital et des autres qui le sont. Quand on est pauvre, qu’on soit blanc ou racisé, on a toujours moins de chance de réussir sa vie et que quand on est passé par Henri IV ou Sciences Po." Ce faisant, le syndicat accompagne une tendance qui traverse aujourd’hui d’autres sphères de la société. Y compris des sphères officielles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess