Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Stains, la cité la Prêtresse se mobilise pour que Marie-Madeleine soit relogée dans un appartement T3

-
Par , France Bleu Paris

À Stains, Marie-Madeleine, 83 ans, va devoir être relogée car le logement qu'elle occupe depuis 50 ans va être démoli en raison d'un projet de réhabilitation. Son bailleur, Seine-Saint-Denis Habitat, lui propose à la place du quatre-pièces qu'elle occupe actuellement, un appartement T2.

Marie-Madeleine Leblond habite au 3 rue Newton à Stains depuis 1971
Marie-Madeleine Leblond habite au 3 rue Newton à Stains depuis 1971 © Radio France - Hajera Mohammad

Marie-Madeleine Leblond vit depuis 1958 dans la cité de la Prêtresse à Stains. Elle y a emménagée quand elle était enfant avec ses parents, ses frères et sœurs avant de déménager avec son mari en 1971 dans un appartement au rez-de-chaussée, au numéro 3 de la rue Newton. Mais le quartier fait l'objet d'un vaste projet de réhabilitation dans le cadre de l'ANRU et l'immeuble où elle vit doit être démoli.

Elle vit dans cet appartement depuis 50 ans

À 83 ans, Marie-Madeleine, s'apprête donc à quitter son appartement et tous les souvenirs accumulés sur place qui lui rappellent ses années passées aux côté de son mari, décédé il y a quelques années. Dans son salon, des photos de lui, mais aussi de ses parents et petits-enfants sont posées sur les étagères et les meubles. Avec ce départ forcé, "tout est impacté, tous les souvenirs", nous confie-t-elle. Si elle a fini par accepter l'idée d'un déménagement, elle s'inquiète du logement dans lequel elle va se retrouver après les travaux.

"Au moins deux chambres' pour recevoir sa famille

L'octogénaire vit actuellement, seule, dans un T4 avec trois chambres et souhaite déménager dans un appartement avec au moins deux chambres pour continuer à recevoir ses "trois enfants, 9 petits-enfants et 11 arrière petits-enfants". Mais Seine-Saint-Denis Habitat, l'office HLM, lui a déjà fait comprendre que ça n'allait pas être possible et qu'elle sera relogée dans un T2 avec une seule chambre. Les plus grands logements sont destinés aux familles avec enfants. Une décision injuste pour Marie-Madeleine : "On me dit que je n'ai pas le droit, mais pourquoi ? Jamais une fois, je n'ai manqué de payer mon loyer... À 83 ans, je pense que je peux vivre dans un endroit qui me plaît, c'est tout ce que je demande !"

Surtout, elle a peur de ne plus voir ses enfants qui vivent tous à la campagne et qu'elle n'a déjà pas beaucoup vu ces derniers mois en raison de la crise du Covid. "Je ne peux pas leur dire de faire 250 km pour seulement prendre un repas avec moi, il faut bien qu'il profite de quelques jours avec moi... je ne peux pas leur dire d'aller à l'hôtel".

"Je peux pas dire à mes enfants de faire de 250 km pour prendre un repas seulement" - Marie-Madeleine Leblond, locataire

Le soutien des voisins

Dans la cité, la situation de Marie-Madeleine émeut les voisins. "C'est tout simplement une honte", répète Jean-Claude, venu apporter ce matin-là, comme souvent, du pain chez la locataire. Marie-France Savelli, la présidente de l'amicale des locataires de la Prêtresse, ne mâche pas ses mots concernant le projet de réhabilitation. Elle se dit "horrifiée" par le cas de Marie-Madeleine. "On demande juste un peu d'humanité, qu'on la laisse avoir un T3... parce qu'une personne âgée, isolée, en période de Covid, si elle ne voit pas ses enfants, c'est un manque d'humanité, on est en train de la tuer à petit feu". 

Marie-Madeleine avec Marie-France Savelli, président de l'amicale des locataires de la Prêtresse
Marie-Madeleine avec Marie-France Savelli, président de l'amicale des locataires de la Prêtresse © Radio France - Hajera Mohammad

La réponse de Seine-Saint-Denis Habitat

Contacté par France Bleu Paris, Seine-Saint-Denis Habitat, explique qu'il a plus de 100.000 demandeurs de logements sociaux sur liste d'attente. "La situation est très tendue" notamment sur les T3 et T4 qui sont attribués en priorité aux familles avec enfants charge. Aussi, il rappelle qu'au regard de la loi, "il est interdit d'attribuer un logement qui placerait le candidat en situation de sous-occupation".

Marie-Madeleine, elle, espère encore un geste et une négociation possible avec l'office, avant le début des travaux de démolition de son immeuble, prévus au premier trimestre 2022. 

À Stains, la cité de la Prêtresse se mobilise pour que Marie-Madeleine soit relogée dans un T3

Choix de la station

À venir dansDanssecondess