Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Toulouse, la Chapelle, plus vieux squat de France, n'est plus un squat

dimanche 21 janvier 2018 à 12:16 Par Nolwenn Quioc, France Bleu Occitanie et France Bleu

C'est une petite révolution dans le milieu artistique et culturel toulousain : le squat de La Chapelle, lieu de création et "d'expérimentation politique" vient de signer un bail avec la mairie. L'association l'Atelier idéal, qui le gère, ne risque donc plus l'expulsion.

L'ancienne Chapelle Jeanne d'Arc était occupée illégalement depuis près de 25 ans
L'ancienne Chapelle Jeanne d'Arc était occupée illégalement depuis près de 25 ans © Radio France - Nolwenn Quioc

Toulouse, France

En Juillet 1993, une poignée de militants prend possession d'une ancienne chapelle abandonnée, au 36 rue Daniel Casanova, dans le quartier Compans-Caffarelli à Toulouse, pour éviter sa vente par le diocèse. "On a occupé ce lieu pour le dévoyer à la promotion immobilière, explique Nathalie, une militante de la première heure. La volonté n'était pas absolument d'être un squat pour être un squat. Il s'est trouvé que ça a été un état de fait avec lequel on a pu fonctionner sans aucun problème jusqu'à aujourd'hui." 

25 ans d'occupation politique, culturelle et artistique

25 ans plus tard, ses occupants sont toujours là, et en ont fait un lieu incontournable de la vie culturelle toulousaine, un lieu d'expérimentation sociale, politique et culturelle comme ils le décrivent eux même. C'est même, d'après leurs calculs, le plus ancien squat culturel de France, voire même d'Europe.

En 2009, la mairie rachète les lieux, et entame un dialogue avec l'association l'Atelier idéal, qui gère le bâtiment. Ce dialogue vient d'aboutir à la signature d'un bail emphytéotique de 40 ans : les signataires ont les mêmes droits et devoirs qu'un propriétaire, et ne peuvent donc plus être expulsés. En échange, ils s'engagent à faire des travaux pour mettre le bâtiment aux normes pour accueillir du public. 

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et cinq membres de l'Atelier idéal ont signé le bail cette semaine - Radio France
Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et cinq membres de l'Atelier idéal ont signé le bail cette semaine © Radio France - Nolwenn Quioc

Le squat, c'est fini

Ce bail, c'est la fin de l'occupation illégale, et donc du squat. "Ça a été un gros débat dans l'association, admet Sébastien, membre de l'Atelier idéal depuis une douzaine d'années. On n'était pas forcément réjouis à l'idée de perdre ce statut de squat parce que ça introduit des normes, de nouvelles contraintes. C'est un pincement au cœur, mais c'est aussi un nouveau défi, un nouveau projet. On va s'affronter aux normes, on va essayer de créer un lieu qui soit à notre image et en même temps qui soit conforme à la législation."

Pour faire ces travaux, la Chapelle a récolté plus de 30 000 euros de dons. La mairie s'engage également à vendre le bâtiment à ses occupants dans les 5 ans, à condition qu'ils puissent réunir la somme nécessaire : 100 000 euros.