Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans le centre de Tours, la moitié des cabinets médicaux pourrait disparaître d'ici 5 ans

-
Par , France Bleu Touraine

Une étude réalisée par un jeune médecin tourangeau dresse un constat assez alarmant. D'ici 5 ans, la moitié des cabinets médicaux du centre de Tours pourrait disparaître, au profit de cabinets situés à l'extérieur de la ville.

L'est de Tours, et notamment le quartier Velpeau, pourrait se trouver bien peu fourni en médecins généralistes d'ici 5 ans
L'est de Tours, et notamment le quartier Velpeau, pourrait se trouver bien peu fourni en médecins généralistes d'ici 5 ans © Maxppp - Lionel VADAM / Maxppp

On parle souvent de ce problème en zone rurale, beaucoup plus rarement en ville, et pourtant ! Certains quartiers de Tours Centre pourraient ne plus avoir de médecins généralistes dans les années qui viennent. C'est la conclusion assez alarmante d'une étude réalisée par un jeune praticien tourangeau dans ce secteur très particulier de Tours, cette zone du centre coincée entre Loire et Cher. Selon lui en effet, sur les 45 cabinets médicaux actuellement en exercice dans le centre ville, il ne devrait plus en rester que la moitié d'ici 5 ans ! Près de la moitié des médecins en question ont plus de 60 ans et c'est la cession de leurs cabinets en cas de départ à la retraite qui pose problème. 

Et d'ailleurs, c'est très clair quand on compare la carte de 2019 à sa projection de 2024. Dans 5 ans, un quartier en l'occurrence sera bien peu fourni en cabinets médicaux. Christophe Genies est vice-président de l'Ordre des médecins d'Indre-et-Loire, lui-même médecin généraliste à Saint-Cyr. "Sur les cartes on voit bien qu'il ne devrait plus y avoir que deux cabinets de groupe, qui regroupe deux médecins, dans le quartier Velpeau. Donc c'est tout ce quartier à l'est de Tours, qui regroupe le Sanitas et tout le quartier Velpeau, qui risque de se retrouver extrêmement démuni dans les 5 ans qui viennent". 

Deux raisons à cela, la mise aux normes PMR et la volonté de ne plus exercer seul

Le problème surtout, ce sont les cabinets où un médecin exerce seul. Dans ceux là, près de 60% des praticiens ont plus de 60 ans. Et en cas de départ à la retraite, il leur sera difficile de laisser la place à de jeunes médecins. Il y a d'abord l'obligatoire mise aux normes PMR (Personnes à mobilité réduite), trop onéreuse voire impossible dans les vieux immeubles du centre ville. Il y a ensuite la volonté des jeunes médecins de ne plus exercer seuls, et de se reporter donc vers de plus gros cabinets à l'extérieur. 

Julien Chauvin a vu nombre de médecins quitter le centre pour Saint-Cyr notamment. Ce pharmacien situé avenue de Grammont entend donc régulièrement les inquiétudes de ses clients. "Ca ne parait pas extrêmement loin à vol d'oiseau mais pour une personne âgée qui a des difficultés à se déplacer, il faut trouver des transports en commun adéquats pour se rendre là-bas et c'est une affaire qui est déjà plus compliquée pour eux". 

Une réunion sur cette question s'est tenue en juin dernier entre la mairie de Tours, l'ARS l'Agence régionale de santé et l'Ordre des médecins, entre autres. Du côté de la mairie, on assure que cinq projets de regroupements de cabinets sont bien avancés, mais sur toute la ville, pas que dans le centre ville. Il y aurait aussi trois projets supplémentaires, mais qui sont, eux, beaucoup moins aboutis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess