Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Villemomble, le maire veut récupérer le gymnase réquisitionné pour les migrants

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Depuis le 5 novembre dernier, le gymnase Alain Mimoun de Villemomble (Seine-Saint-Denis) est réquisitionné pour accueillir des migrants évacués du nord-est de Paris. Mais la situation a trop duré pour le maire de la commune qui veut récupérer l'enceinte sportive.

Pierre-Etienne Mage, maire (LR) de Villemomble
Pierre-Etienne Mage, maire (LR) de Villemomble © Radio France - Hajera Mohammad

Le 7 novembre dernier, 1 600 hommes, femmes et enfants, étaient évacués du secteur de la Porte de la Chapelle à Paris et de l'avenue Wilson à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ces migrants ont été redirigés vers des centres d'accueils et des gymnases à travers la région parisienne le temps d'examiner leur situation. Une centaine d'entre eux ont été pris en charge dans le gymnase Alain Mimoun de Villemomble (Seine-Saint-Denis). La réquisition de l'enceinte a été prolongée jusqu'au 27 décembre.

"500 élèves privés de cours de sport"

Pourtant, elle était prévue pour un mois "du 5 novembre au 5 décembre" assure le maire qui dénonce une prolongation inacceptable. Pierre-Etienne Mage (LR) réclame des explications à la préfecture de la Seine-Saint-Denis. Pour lui, cette prolongation n'est pas justifiée. "La préfecture a réquisitionné ce gymnase dans un cadre d'une d'urgence mais au bout d'un mois, il n'y a plus d'état d'urgence. Maintenant c'est une question de gestion générale du problème et là, la préfecture ne répond pas à ses devoirs", affirme l'élu.

Pierre-Etienne Mage insiste sur les répercussions pour les habitants qui commencent à se demander "quand ces migrants vont quitter les lieux ?". Depuis début novembre, _"500 élèves du collège Jean de Beaumont qui jouxte le gymnase n'ont plus de salle pour les cours de sport"_, affirme-t-il. Sans oublier le club de basket qui s'entraîne dans cette enceinte. "On a été obligé d'envoyer un mail aux communes voisines pour leur demander si elles avaient des créneaux à nous donner... Gagny et Rosny-sous-Bois nous ont répondu et nous ont donné deux créneaux horaires".

"Une situation qui devient intenable pour la commune" - Pierre-Etienne Mage, maire (LR) de Villemomble

Deuxième réquisition en moins de deux ans

Pierre-Etienne Mage ne remet pas en cause la nécessité d'accueillir dans des conditions dignes ces migrants, mais l'élu a le sentiment que la Seine-Saint-Denis en fait plus que les départements voisins, qu'elle est beaucoup plus sollicitée.

"L'effort n'est pas partagé entre les communes d’Île-de-France - Pierre-Etienne Mage, maire (LR) de Villemomble

Le maire de Villemomble rappelle avoir déjà mis à disposition un gymnase il y a dix-huit mois pour l'accueil des migrants lors d'une précédente évacuation, mais à l'époque le calendrier avait été respecté. Pierre-Etienne Mage espère désormais que l'enceinte sportive sera bien libérée le 27 décembre. 

La préfecture de Seine-Saint-Denis, contactée par France Bleu Paris, confirme qu'une soixantaine de migrants sont toujours sur place, qu'il s'agit de demandeurs d'asile pour la majorité et qu'une prolongation de la réquisition au-delà du 27 décembre "n'est pour le moment pas actée".

"L' effort n'est pas partagé entre les communes d’Île-de-France" - Pierre-Etienne Mage, maire (LR) de Villemomble

En Seine-Saint-Denis, la ville de Vaujours a également été mise à contribution début novembre, en accueillant des migrants dans son gymnase. Ces derniers ont quitté les lieux ce mercredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu