Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Villiers-le-Bel, une nouvelle campagne d'affichage contre les violences faites aux femmes

-
Par , France Bleu Paris

La mairie de Villiers-le-Bel a lancé une nouvelle campagne d'affichage contre les violences conjugales, il y a environ dix jours. Contrairement à celle de mars 2018, cette fois, ce sont des hommes qui sont mis en scène pour sensibiliser les passants.

Une trentaine de photos de ce type sont réparties dans la commune.
Une trentaine de photos de ce type sont réparties dans la commune. © Radio France - Victorien Willaume

Villiers-le-Bel, France

"Frapper ta femme ne fera jamais de toi un bonhomme!" ; "Ta journée t'a énervé ? C'est pas ta femme qui doit le payer !" : une nouvelle campagne de communication contre les violences faites aux femmes a fait son apparition, à Villiers-le-Bel, dans le Val d'Oise.

En se promenant là-bas, depuis une dizaine de jours, on peut voir cinq photos différentes et une phrase "choc" d'accompagnement, sur une trentaine de panneaux d'affichage.

Après celle de mars 2018, c'est la deuxième campagne contre les violences conjugales mise en place par la mairie dirigée par Jean-Louis Marsac. 

Et cette fois pour sensibiliser les habitants, la  mairie a mis en scène des hommes plutôt que des femmes. Près de la mairie par exemple, un panneau, avec une photo en noir et blanc. Dessus, un jeune homme, l'air triste, et cette phrase : "Mon père ne frappait que ma mère, mais il nous a tous démolis". 

En mettant en scène des hommes, la mairie souhaite interpeller directement les auteurs des violences. - Radio France
En mettant en scène des hommes, la mairie souhaite interpeller directement les auteurs des violences. © Radio France - Victorien Willaume

Nicole habite Villiers-le-Bel depuis trente ans : "Je me suis arrêté dessus parce que je trouve qu'elle est bien ! Ca veut bien dire ce que ça veut dire, ça touche tout le monde, la famille entière est démolie, forcément !", explique-t-elle. 

Ces affiches interpellent aussi Nathan, 20 ans : "C'est une bonne idée. Les affiches comme ça peuvent aider à changer le comportement des hommes, pour leur faire comprendre qu'on ne touche pas à sa femme", estime-t-il. 

Interpeller directement les hommes 

Mettre des hommes en avant pour une campagne contre les violences conjugales, un concept nécessaire et assez inédit, d'après le maire de Villiers-le-Bel, Jean-Louis Marsac : "Après tout c'est eux qu'il faut convaincre. Souvent on illustre des campagnes avec ceux qui sont concernés. Nous on a voulu inverser un peu ça, en disant 'vous les hommes, ça vous concerne aussi, et ça vous concerne tellement que vous êtes souvent les auteurs des violences.", assure-t-il. 

L'association Dialogue de femmes, qui aide des victimes à Villiers-le-Bel, a salué l'initiative de la  mairie. Elle rappelle que depuis le début de l'année, déjà une quarantaine de femmes sont venues toquer à sa porte

Cette campagne d'affichage contre les violences faites aux femmes dure pendant encore deux semaines environ. Depuis le début de l'année, plus de 100 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint.

Choix de la station

France Bleu