Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Volvic, l'école d'émailleurs sur lave menacée de fermeture

lundi 14 janvier 2019 à 18:57 - Mis à jour le mardi 15 janvier 2019 à 20:21 Par Maud Calves, France Bleu Pays d'Auvergne

Baisse des subventions, réforme de l'apprentissage... l'Institut des métiers d'Art de la pierre et de la construction à Volvic lance un appel aux dons pour tenter de sauver son école. C'est la seule en France à proposer une formation d'émailleur sur lave.

L'école est menacée de fermeture.
L'école est menacée de fermeture. - IMAPEC

Volvic, France

C'est un patrimoine qui pourrait disparaître à Volvic. Dans cette ville emblématique de la pierre, l'IMAPEC craint de devoir fermer ses portes. L'association Traces de Pierre, en charge de l'établissement ne s'en sort plus financièrement : baisse des subventions publiques, réforme de l'apprentissage... L'association Traces de pierre n'a plus assez de fonds pour assurer la pérennité de l'école, et même la fin de son année scolaire. Elle a donc lancé un appel aux dons sur une plateforme de financement participatif. Pour s'en sortir,  cette école vieille de presque 200 ans a besoin a minima de 20 000 euros pour terminer l'année. D'autres fonds sont nécessaires pour la réparation du matériel et l'entretien des locaux. 

L'école est unique en France.

C'est comme un deuil. Si nous sommes les derniers survivants du métier c'est une catastrophe" Florence, une ancienne élève. 

Selon l'école, les financements publics tardent à venir et l'association n'a pas assez de fonds pour avancer les dépenses. Pourtant, le nombre de candidats est bien réel. Seulement, avec un coût de 15 000 euros l'année, les élèves apprentis ont besoin de subventions pour intégrer l'établissement. Selon l'association, la région en accorde de moins en moins. En effet, entre 2005 et 2018, le nombre d'élèves ayant pu intégrer l'école est passé de 12 à 1. Pourtant les débouchés sont réels. Après leurs formations, 90% des élèves trouvent un emploi ou montent leurs entreprises.