Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

A45 : "il faut d'abord remettre en état les réseaux existants" pour la ministre des Transports

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Invitée samedi dans "CO² mon amour" sur France Inter, Elisabeth Borne n'enterre pas encore formellement le projet d'autoroute entre Lyon et Saint-Etienne, mais confirme sa réticence.

La ministre des Transports était l'invitée de Denis Cheissoux dans "CO2 mon amour" samedi 22 septembre.
La ministre des Transports était l'invitée de Denis Cheissoux dans "CO2 mon amour" samedi 22 septembre. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Saint-Étienne, France

Alors que les opposants à l'autoroute A45 se sont réunis samedi à La Talaudière (Loire) pour chercher des alternatives à ce projet d'autoroute qui relierait Brignais (Rhône) et La Fouillouse (Loire), la ministre des Transports était invitée samedi de l'émission "CO² mon amour" sur France Inter.

Interrogée par Denis Cheissoux sur l'A45, Elisabeth Borne a répondu : "Il faut améliorer les déplacements entre Lyon et Saint-Etienne, il y a beaucoup d'habitants de Saint-Etienne qui veulent travailler à Lyon et qui passent beaucoup de temps dans les embouteillages. Ce que je regrette, c'est qu'il y ait aussi peu de voyageurs sur la ligne ferroviaire entre Lyon et Saint-Etienne."

"Entretenir les réseaux existants avant de penser à faire des nouveaux projets"

Elle a détaillé "l'approche [qu'elle souhaite] développer" : "Partons des besoins, ne nous enfermons pas dans des réponses qui peuvent pour certaines dater de plusieurs décennies et essayons de trouver la réponse la plus juste."

Elisabeth Borne n'a pas officiellement mis le projet au placard mais a exprimé ses réticences : "On doit d'abord entretenir, maintenir en bon état ou remettre en bon état les réseaux existants, on doit en tirer le meilleur parti - justement avec la révolution digitale qui permet par exemple de mettre plus de trains sur une ligne ferroviaire - avant de penser à faire des nouveaux projets."

Cette interview ne risque pas de plaire aux défenseurs de l'A45. C'est un signe de plus que le projet semble au point mort. Début juillet, le préfet de région a d'ailleurs tenu une réunion à Lyon pour évoquer les alternatives au projet, provoquant la colère des élus locaux qui veulent la construction de ce nouvel axe routier, censé soulager l'A47 existante surchargée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu