Société

Abattoir de Limoges : "Ne plus abattre les vaches gestantes, c'est la moindre des choses" pour Allain Bougrain-Dubourg

Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin et France Bleu jeudi 3 novembre 2016 à 10:45 Mis à jour le jeudi 3 novembre 2016 à 11:03

Allain Bougrain-Dubourg était l'invité de 8h20 ce jeudi sur France Bleu Limousin
Allain Bougrain-Dubourg était l'invité de 8h20 ce jeudi sur France Bleu Limousin © Radio France

Invité de France Bleu Limousin pour évoquer son soutien aux opposants à la "ferme des 1.000 veaux", le défenseur de la cause animale a d'abord réagi aux vidéos de l'association L214 publiées sur lemonde.fr montrant l'abattage à Limoges de vaches en état de gestation avancé.

7 abattoirs ont déjà fait l'objet de vidéos choc de la part de l'association L214, rappelle Allain Bougrain-Dubourg en préambule. Mais celle-ci est différente. Parce qu'elle touche une grosse structure municipale. Certes, la pratique est légale, précise le quotidien Le Monde dans son article, mais elle a suffisamment choqué un employé de l'abattoir pour qu'il décide de filmer et d'assumer ses révélations à visage découvert, ce qui est une première.

"L'un des plus grands abattoirs publics de France !"

Pour Allain Bougrain-Dubourg, "On assiste à des images insoutenables, épouvantables et, on nous disait jusqu'alors "ouais, ouais, il s'agit de petits abattoirs, style Alès, le Vigan, etc", ben oui mais l'ennui c'est que Limoges c'est l'un des plus grands abattoirs publics de France ! Et on voit que ce genre de méthode est employé alors qu'il y a en principe deux vétérinaires qui sont affectés. Et quand on sait qu'en France, il y a un peu plus de 1 millions 750.000 vaches qui sont abattues chaque année et que près de 200.000 d'entres elles sont gestantes, il y a un moment où on se dit qu'on marche sur la tête, enfin, il y a une insensibilité surréaliste. Il y a une demande qui est faite de ne plus abattre les vaches gestantes, c'est vraiment la moindre des choses".

Sur St-Martial-le-Vieux, "une industrie inacceptable"...

Allain Bougrain-Dubourg qui apporte son soutien aux différentes associations qui militent contre le centre d'engraissement de St-Martial-le-Vieux, près de la Courtine. Des opposants qui manifesteront ce samedi à Guéret contre ce qu'ils appellent la ferme des 1.000 veaux. "Ce qui me pose problème" explique le militant de la cause animale, "c'est que ce sont des animaux qui seront abattus de façon rituelle, sans étourdissement, à 500 km de là (...), il y a plein de pays qui refusent cet abattage. Les animaux vont être parqués, sans voir la lumière du jour, et ils vont être transportés à 500 km de là. Il s'agit d'une opération visant à vendre de la viande de l'autre côté de la Méditerranée, c'est pas pour alimenter la Creuse ! Ce genre d'industrie me paraît inacceptable actuellement et je ne suis pas le seul à le penser..."