Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Accès à internet : 6,8 millions de personnes encore privées d'un "accès de qualité minimale" en France

-
Par , France Bleu

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a publié, ce jeudi, les résultats d’une étude révélant que 6,8 millions de personnes sont encore "privées d'un accès de qualité minimale à internet". L’écart est de plus en plus prononcé entre les villes et les campagnes.

Selon UFC-Que Choisir : 10,1% des consommateurs ne disposent pas d'un internet de qualité minimale
Selon UFC-Que Choisir : 10,1% des consommateurs ne disposent pas d'un internet de qualité minimale © Maxppp -

Une étude de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, publiée ce jeudi, révèle que 6,8 millions de personnes sont toujours "privées d'un accès de qualité minimale à internet". L’étude met en avant des différences entre les promesses des opérateurs et les débits réels dont bénéficient les abonnés. L’association se préoccupe également des retards pris sur le développement de la fibre, et du décalage grandissant sur le débit disponible entre les villes et les campagnes. 

Concrètement, "10,1% des consommateurs ne disposent pas d'un internet de qualité minimale, quant au 'bon haut débit', ce sont près de 12,8 millions de personnes qui en sont privées", selon l’association.

Un écart entre les villes et les campagnes

Les campagnes semblent délaissés, d’après l’association. Il est plus difficile d'avoir un bon débit lorsque l’on vit en zone rurale que lorsque l’on habite en ville. "Les communes les plus rurales disposent, en moyenne, de débits 43% plus faibles que dans les villes de plus de 30.000 habitants", selon EFC-Que Choisir. L'écart se creuse de plus en plus, notamment avec l'apparition de la fibre. Dans les zones couvertes par la fibre, "on surfe en moyenne à 284 Mb/s", précise l'association de consommateurs. En ce qui concerne les petites communes ou les villages de moins de 1.000 habitants, le débit moyen tombe à 49 Mb/s. Un fossé pas uniquement dû aux opérateurs, mais aussi à un équipement obsolète. 

Un tiers des citoyens de communes de moins de 1.000 habitants n'ont pas un accès correct à internet

"Déjà confrontées au recul des services publics ou à la fracture sanitaire, les zones rurales sont celles qui subissent le plus les effets de la fracture numérique", d’après l'association, alors qu'"un tiers" des habitants des communes de moins de 1.000 habitants "ne peut pas accéder à un internet de qualité minimale".

L’association explique que ce sont pourtant bien les zones rurales qui bénéficient le plus du passage de la fibre. La fibre internet s’est fortement améliorée surtout pour la qualité vidéo. Une "forte montée en débit sur le réseau cuivre historique peut constituer un substitut salutaire à la fibre lorsque celle-ci n'est pas disponible".

Des promesses non tenues

L'UFC-Que Choisir s’inquiète et rejoint en partie les inquiétudes émises, vendredi 15 mars, par InfraNum. L'association des opérateurs d'infrastructures sur les réseaux d'initiative publique estime que dans une vingtaine de départements, plus de 10% de la population n'aurait toujours pas accès à "un bon débit" internet, en 2022. 

L'UFC-Que choisir dénonce aussi le manque de transparence de l'État concernant le débit internet. "Les données sur les débits théoriques proposés aux consommateurs dans sa maille la plus fine, à savoir la commune, ne sont plus disponibles depuis un an", regrette l’UFC-Que Choisir. Cela rend l’étude plus difficile à réaliser. 

Le président Macron, avait promis, lors de son arrivée au gouvernement, un bon débit pour tous fin 2020, avec un objectif de très haut débit pour tous, via la fibre ou d'autres technologies, pour 2022.

Choix de la station

France Bleu