Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Quel accueil pour les réfugiés en Côte-d’Or ?

mardi 26 juin 2018 à 22:24 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Le délégué interministériel chargé de l’accueil et de l’intégration des réfugiés a visité ce mardi le Centre provisoire d’hébergement de Quetigny qui accueille 45 réfugiés dont des familles.

Le Centre d'accueil provisoire de la Croix Rouge est unique en Côte-d'Or
Le Centre d'accueil provisoire de la Croix Rouge est unique en Côte-d'Or © Radio France - Lila Lefebvre

Quetigny, France

Pour tenter de régler cette question le gouvernement a donné à Alain Régnier au début de l’année une mission interministérielle pour réfléchir à une intégration plus humaine et plus juste des réfugiés en France. Depuis, il multiplie les visites de centre d’accueil, comme ce mardi à Quetigny. 

66 personnes vivent au Centre Provisoire d'hébergement des réfugiés de la Croix-Rouge à Quetigny, dont plusieurs familles, certains dans le centre, et d’autres dans des appartements individuels du parc HLM de l’agglomération dijonnaise. D’après la loi, ils ne peuvent rester là que neuf mois, même si leur intégration demande souvent plus de temps. « c’est comme si on vous jetait en Chine et que vous deviez apprendre la culture, la langue, appuie Hélène Cohen, éducatrice spécialisée à la Croix-Rouge de Côte-d’Or. Sauf qu’eux ont dans leur valise les traumatismes de la guerre et du long voyage pour arriver chez nous »

Alain Régnier a pris le temps de discuter avec Hermon, 12 ans et sa maman.  - Radio France
Alain Régnier a pris le temps de discuter avec Hermon, 12 ans et sa maman. © Radio France - Lila Lefebvre

« Je suis bien ici », Hermon, 12 ans a le sourire. Il a fui l’Erythrée avec sa mère il y a trois ans. Ils ont d’abord passé deux mois dans la jungle de Calais avant de rejoindre le CADA de Châtillon-sur-Seine. Il y a neuf mois, ils ont obtenu leur demande d’asile et ont intégré le centre de Quetigny. Depuis il est en cinquième à Quetigny, parle Français avec aisance et a même appris avec joie qu'il passait en quatrième "j'aime bien le collège, tout le monde est gentil ici, j'ai des amis". il voit son avenir en France, pour le reste c'est incertain "peut-être joueur de foot"

Alain Régnier a pris le temps de visiter les lieux et de s'entretenir avec les résidents, "qu'est-ce qui a manqué quand vous êtes arrivés en France ? Et comment aider les nouveaux arrivants ?", leur a-t-il demandé. La réponse unanime s'est portée sur les cours de Français. Aujourd'hui 200 heures, au maximum, sont dispensées aux réfugiés en France. 

Quel accueil pour les réfugiés en Côte-d’Or ? 

Tout d’abord six centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) en Côte-d’Or, trois dans l’agglomération dijonnaise, un à Rouvray et deux dans le Châtillonais. Le centre de Quetigny est destiné aux personnes qui ont déjà obtenu le statu de réfugié, c’est le seul centre provisoire d'hébergement de la Croix rouge en Côte-d’Or (il en existe 27 en France). 

Le centre est un véritable lieu d'apprentissage, du Français, mais aussi de l'administration française. - Radio France
Le centre est un véritable lieu d'apprentissage, du Français, mais aussi de l'administration française. © Radio France - Lila Lefebvre