Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Accident de Puisseguin : Michel Vigier, président du collectif des victimes, espère "tourner la page"

-
Par , France Bleu, France Bleu Gironde

Le 23 octobre 2015, il y a quatre ans jour pour jour, survenait l'accident dramatique de Puisseguin. 43 personnes ont perdu la vie dans cette collision entre un camion et un autocar. Aujourd'hui, Michel Vigier, le président du collectif des victimes souhaite "tourner la page".

Michel Vigier le président du collectif des victimes de l'accident de car de Puisseguin
Michel Vigier le président du collectif des victimes de l'accident de car de Puisseguin © Radio France - Stéphanie Brossard

Puisseguin, France

C'est un triste anniversaire : il y a quatre ans, le 23 octobre 2015, survenait la tragédie de Puisseguin. Une collision entre un camion et un autocar faisait 43 morts, en grande majorité des membres du club du troisième âge de Petit-Palais en route pour une excursion dans le Béarn. Le car s'était embrasé.

Quatre ans plus tard, l'enquête n'est pas bouclée. Une commémoration aura lieu ce mercredi matin à Puisseguin, avec le dépôt d'une gerbe de fleurs devant une stèle à 9h15, puis un autre dépôt dans la foulée à Petit-Palais. A 10h30, il y aura également une messe à Petit-Palais.

France Bleu Gironde : Quatre ans après, quel est le sentiment général parmi les victimes et leurs familles ?

Michel Vigier, président du collectif des victimes de Puisseguin : Il y a beaucoup de lassitude, mais le sentiment général aussi c'est qu'on ne sait pas, on ne saura pas quelle est la cause de l'incendie. Finalement c'est le feu qui a fait autant de dégâts. C'est pour ça qu'on voulait savoir : pourquoi ce feu ? Pourquoi a-t-il été aussi rapide ? Et on a l'impression qu'on aura pas de réponse.

Selon nos informations, une nouvelle expertise est en cours, elle porte sur le rôle dans l'incendie du réservoir additionnel du camion. Vous en attendez quoi ? 

J'espère que ce sera la dernière surtout, et qu'après on en parlera plus. Il y a des familles qui ont été profondément ébranlées et à chaque fois on sent très bien qu'elles sont touchées, qu'elles ont du mal à refaire surface. Moi ça me peine énormément alors je ne souhaite pas que ça perdure.

Vous voulez donc tourner la page de ce dramatique accident ? 

Oui c'est ce qu'il faut essayer de faire, que la vie reprenne normalement son cours, même si quand arrive un moment comme celui de la commémoration, on est bien obligés d'avoir des sentiments pour les victimes et de repenser à tout ce qui s'est passé. Nous associations, je crois qu'on continuera les commémorations, même si on sait pertinemment qu'il y aura moins de monde, et je dirais que c'est presque tant mieux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu