Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Accidents sur la route départementale 16 : le ras-le-bol des Vauclusiens

-
Par , France Bleu Vaucluse

Pour réduire le nombre d'accidents sur la portion de route départementale située entre Entraigues-sur-la-Sorgue et Pernes-les-Fontaines, le collectif de la RD16 estime que le Département de Vaucluse devrait limiter la vitesse à 70 km/h.

Benoît Gros, membre du collectif de la route départementale 16.
Benoît Gros, membre du collectif de la route départementale 16. © Radio France - Elsa Vande Wiele

Entraigues-sur-la-Sorgue, France

"Il y a beaucoup d'accidents car les conducteurs roulent beaucoup trop vite sur la route départementale 16", s'indigne Benoît Gros en montrant du doigt une voiture accidentée dans un fossé, laissée telle quelle depuis plusieurs semaines. Ce membre du collectif de la RD16 fait référence à la portion de voie située entre le hameau Les Hautures, à Entraigues-sur-la-Sorgue et le hameau Les Valayans, à Pernes-les-Fontaines. "Chaque jour, 7.000 véhicules passent par là, assure-t-il.  Il y a encore beaucoup de camions malgré l'arrêté préfectoral de mars 2013." Cet arrêté prévoit l'interdiction des poids lourds de plus de 3,5 tonnes.

"Le dépassement des véhicules lents est nécessaire."

Le collectif de la RD16 demande notamment au Département de Vaucluse de limiter la vitesse à 70 km/h sur cette route et d'y installer des radars, mais aussi d'interdire les dépassements, "beaucoup trop dangereux", via la mise en place d'une ligne continue. 

Un projet qui "n'est pas envisageable", répond le Conseil départemental dans une lettre adressée au collectif, "au regard des très nombreux accès particuliers présents sur le site et du caractère très agricole de la zone où le dépassement de nombreux véhicules lents est nécessaire." 

Thierry Lagneau, premier vice-président du Département en charge du dossier, rappelle au passage que "la problématique du contrôle de la vitesse des usagers sur cet axe relève de la police de la circulation incombant de fait aux communes en agglomération ainsi qu'aux services préfectoraux hors agglomération."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu