Société

Accueil de migrants : la maire de Bourg-de-Péage d'accord pour héberger quelques familles

Par France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 7 septembre 2015 à 13:12

Des milliers de personnes se sont réunies dimanche à Lyon en faveur des réfugiés
Des milliers de personnes se sont réunies dimanche à Lyon en faveur des réfugiés © Max PPP

C'est la première commune à se faire connaître dans la Drôme. Bourg-de-Péage est candidate pour accueillir quelques familles de réfugiés a fait savoir ce lundi matin la maire, Nathalie Niéson. "Nous devons tendre la main à ceux qui sont dans le plus grand désarroi" a-t-elle souligné.

Bourg-de-Péage est donc la première ville de la Drôme candidate à l’accueil de réfugiés. La maire de Bourg-de-Péage, Nathalie Niéson, l'a fait savoir ce lundi matin. Elle a décidé de faire acte de candidature pour accueillir des demandeurs d'asile dans sa ville.

C'est à notre connaissance la première élue à faire cette démarche officielle en Drôme-Ardèche. Nathalie Niéson ira à la réunion de calage au ministère de l'intérieur samedi.

"Quand on veut, on peut"

Elle qui est également secrétaire du PS dans la Drôme estime que c'est le devoir de chacun de participer : "nous devons rester dans notre tradition d'accueil et tendre la main [...]. Nous allons voir comment nous pouvons organiser l'accueil d'une, deux, trois familles, je ne peux pas m'avancer sur le nombre.  [...] Les élus qui disent moi, je ne veux pas, je n'ai pas la possibilité. On trouve toujours. Quand on veut, on peut, !" a-t-elle asséné.

"La où il y a de la volonté, on trouve toujours" la maire, Nathalie Niéson.

Jean-Jack Queyranne estime également que les élus de gauche doivent s'emparer du problème. Le président socialiste de la région Rhône-Alpes, tête de liste PS pour la nouvelle grande région, nous le disait ce matin: "la Gauche ne doit pas avoir peur du Front national " sur cette question.

"Le devoir d'asile est un devoir républicain", J.J. Queyranne

Depuis que le monde a découvert mercredi le jeune Aylan Kurdi, un enfant syrien de trois ans retrouvé mort noyé sur une plage de Bodrum, en Turquie, une vague de compassion a secoué l’Europe. Cette photo a ému le monde entier et la question du sort des migrants se pose avec plus de force encore. En France, les initiatives se multiplient, comme à Bourg-de-Péage, pour l'instant seule commune à s'être manifesté dans la Drôme.

L'histoire du petit Aylan a soulevé une vague de compassion en Europe - Aucun(e)
L'histoire du petit Aylan a soulevé une vague de compassion en Europe