Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Difficultés dans l'accueil des migrants : "Le risque d'un nouveau camp de Blida à Metz"

Raphael Pitti, conseiller municipal à Metz, fait partie des élus de plusieurs villes de France qui demandent à l'Etat plus de moyens pour accueillir correctement les réfugiés. Pour la Lorraine, il réclame notamment un 2e guichet de demandes d'asile et craint l'apparition d'un nouveau camp de Blida.

Raphael Pitti invité de France Bleu Lorraine ce jeudi matin
Raphael Pitti invité de France Bleu Lorraine ce jeudi matin © Radio France - Cécile Soulé

Metz, France

Des maires et adjoints de plusieurs villes de France parmi lesquels Anne Hidalgo à Paris ou Roland Ries à Strasbourg dénoncent la situation réservée aux réfugiés en France. Ils réclament au gouvernement des conditions d'hébergement dignes.  Pour eux, l'Etat n'arrive pas à gérer correctement par la situation des demandeurs d'asile, et les collectivités doivent obtenir elles aussi la compétence de l'accueil des réfugiés, exclusivement réservée à l'Etat actuellement. 

L'Etat est dépassé, ses efforts ne sont pas suffisants

C'est une problématique bien connue à Metz qui fait partie des signataires de cet appel lancé mercredi à Paris. Raphael Pitti, conseiller municipal délégué aux urgences sanitaires, sociales et humanitaires y représentait la ville. Invité de France Bleu Lorraine ce jeudi matin, il reconnait que la situation s'est améliorée depuis deux ans avec la suppression du camp de Blida, et les efforts de l'Etat mais "ce n'est pas suffisant, aujourd'hui l'Etat est dépassé", assure Raphael Pitti.  

L'ancien lycée Poncelet devait être un sas, c'est devenu un lieu d'hébergement permanent

La situation s'est également améliorée avec l'initiative de la mairie de Metz qui a mis à disposition l'ancien lycée Poncelet pour ne pas que se reconstitue le camp de Blida, qui a pu accueillir jusqu'à 1.000 personnes. "Ce devait être un sas, c'est devenu un lieu d'hébergement permanent" constate l'élu messin. Depuis début mars, une trentaine de personnes ont été mises à l'abri dans le gymnase de la Grange aux Bois. La mairie a obtenu du tribunal administratif leur expulsion. 

Il faudrait un 2e guichet unique en Lorraine pour les demandes d'asile

"Le problème vient aussi du guichet unique. Il est à Metz, il en faudrait ailleurs en Lorraine pour mieux répartir les arrivées, comme en Alsace qui compte 2 guichets à Strasbourg et Mulhouse", affirme Raphael Pitti, qui évoque le chiffre de 5 à 7.000 demandes d'asile à Metz par an. La Préfecture, de son côté, avance celui de 4.800. 

Réécoutez l'interview de Raphael Pitti

Raphael Pitti s'inquiète : "Compte tenu de la situation, on peut se retrouver devant le risque d'un nouveau camp de Blida en cette période du printemps où les conditions climatiques sont meilleures et les gens viennent plus nombreux". Pour l'élu, le manque d'action de l'Etat favorise la montée du sentiment d'insécurité et le rejet des migrants de la part du reste de la population.