Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Achats d'occasion : gare aux arnaques !

mardi 4 septembre 2018 à 19:20 Par Lisa Guyenne, France Bleu Bourgogne

Vous avez trop dépensé pendant les vacances, et souhaitez faire des économies ? Une bonne solution pour vos emplettes : vendre ou acheter d'occasion. Mais attention au revers de la médaille : les arnaques sont nombreuses ! On vous aide à y voir plus clair.

Dans les dépôts-ventes franchisés, les marchandises sont contrôlées et authentifiées avant d'être mises en vente
Dans les dépôts-ventes franchisés, les marchandises sont contrôlées et authentifiées avant d'être mises en vente © Radio France - Lisa Guyenne

Côte-d'Or, France

"Je me sens penaude, bête de m'être faite avoir de cette façon" : Elisabeth, une Dijonnaise, s'en veut toujours d'avoir été victime d'une arnaque. Début septembre, elle a mis en vente son vélo d'appartement sur le site Le Bon Coin.

Arnaque au code prépayé

"J'ai été contactée par mail par une jeune femme qui se disait intéressée. Elle dit qu'un transporteur va venir chercher mon vélo. Effectivement, j'ai un coup de fil d'une personne se disant de DHL. _Il me dit qu'il faut que j'aille dans un bureau de tabac, acheter un ticket rechargeable de 100 euros, "pour sécuriser la livraison" de mon vélo_."

Elisabeth hésite, mais face à l'insistance des acheteurs qui renvoient des mails et rappellent, elle cède. "J'ai fini par aller acheter ce ticket." Elle donne le code à l'acheteuse... "Et là, plus rien." 

Cette mésaventure malheureuse aura coûté 100 euros à Elisabeth, et surtout le sentiment désagréable d'avoir été bernée. La retraitée assure qu'on ne l'y reprendra pas deux fois : "Finalement, ces transactions-là doivent être simple. Vous donnez un produit, on vous remet l'argent : point-barre. _J'espère au moins que cela servira à d'autres personnes_", conclut-elle.

Quels bons réflexes adopter pour une vente en ligne ?

Devant les nombreux types d'arnaque qu'il est possible de rencontrer sur internet, voici quelques conseils de la commissaire de police Biancalana, chef de la sécurité départementale à Dijon, ainsi que d'Esther Bandonny, commissaire chargée des affaires financières. 

  • Vérifier l'orthographe des annonces : "Certains escrocs sont étrangers ou basés à l'étranger, notamment en Afrique et dans les pays de l'Est, et utilisent des logiciels d'auto-traduction pour écrire leurs annonces. Donc s'il y a des fautes ou des tournures de phrase étranges, méfiez-vous."
  • Attention aux prix trop bas : "Si les prix sont dérisoires, c'est louche. Il peut s'agir de téléphones (un iPhone dernier cri à 100 €) mais aussi de locations d'appartements, par exemple."
  • Privilégier l'achat local : "De manière à faire la transaction de la main à la main, avec la personne physiquement en face de soi. Il faut absolument éviter les cartes prépayées disponibles en bureau de tabac, qui ne sont pas traçables."
  • Prendre une capture d'écran et imprimer l'annonce : "Veiller à ce que l'on y voit tous les identifiants possibles, de façon à ce qu'on puisse rechercher l'auteur de l'infraction s'il y a un litige par la suite."
  • Vérifier le profil de l'acheteur/vendeur : "L'adresse e-mail doit être valide, avec un opérateur connu (@free.fr, @live.fr, @aol.com... etc)."
  • Ne jamais envoyer de document personnel : "Pas de photocopies ni de carte d'identité, ni de RIB, et encore moins de carte bleue !"

Les dépôts-ventes, toujours fiables ?

Outre les sites internet, les magasins d'achat-vente aussi souffrent d'une mauvaise réputation : marchandise tombée du camion, voir même carrément volée, contrefaçons ou produits de mauvaise qualité... Autant d'idées reçues que nous avons soumises à Rachel Alexandre, gérante de Troc.com (anciennement Troc de l'Île) dans l'agglomération dijonnaise. 

Comment sont contrôlées les marchandises qui entrent au magasin ?

"Nous prenons la pièce d'identité du client, et nous tenons un livre de police contrôlé régulièrement dans lesquelles ces pièces d'identité sont consignées et qui peut servir à enquêter s'il y a un problème. Pour déposer un objet, vous devez venir en personne, vous ne pouvez pas déposer un objet pour un ami ou un membre de votre famille. Ensuite, nous vous payons avec un chèque, au nom de la personne qui a donné sa pièce d'identité."

Comment être sûr que les produits sont fonctionnels et pas contrefaits ?

"Pour ce qui est de la fonctionnalité, il y a des tests en magasin, nous avons un "banc de test" en arrière-boutique afin de pouvoir tester les produits. Sur l'électroménager, nous assurons une garantie de 6 mois. Et le siège de Troc.com nous forme à reconnaître les objets - nous avons par exemple une formation pour authentifier le cuir des sacs ou des canapés."

Pourquoi les prix de rachat sont-ils si faibles ?

"Nous devons forcément faire notre marge. En général, nous achetons avec un rapport de 1/3 : ce que l'on va vendre 30 euros, on vous l'achète 10 euros. C'est un peu plus sur le dépôt-vente : nous prenons 40 % de commission."