Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Acte 16 des "gilets jaunes" : à Rennes, des manifestants dans le quartier du Blosne

samedi 2 mars 2019 à 18:48 Par Lisa Guyenne, France Bleu Armorique

Alors que le gros des troupes était rassemblé à Nantes pour l'acte 16 inter-régional des "gilets jaunes", une centaine de manifestants se sont tout de même donnés rendez-vous, ce samedi 2 mars, à Rennes. Une manifestation calme, avec un parcours différent des semaines précédentes.

Les "gilets jaunes" au pied des immeubles du Blosne, à Rennes
Les "gilets jaunes" au pied des immeubles du Blosne, à Rennes © Radio France - Lisa Guyenne

Rennes, France

Après les débordements violents de la semaine passée, la sécurité était renforcée pour cet acte 16 des "gilets jaunes" à Rennes. Le périmètre d'interdiction de manifester a été élargi, résultat : impossible de passer sur l'habituel parcours autour de République. Les manifestants se sont donc rabattus sur l'avenue Henri Fréville, jusqu'au rond-point du centre Alma

Une incursion dans le quartier du Blosne

Les "gilets jaunes" sont restés quelques minutes, avant de rebrousser chemin et de bifurquer vers le quartier du Blosne, au niveau du métro Italie. Là, une brève tension s'est installée entre manifestants et forces de l'ordre au moment où ces derniers ont interpellé deux jeunes hommes et une jeune femme, qui avaient le visage masqué. 

Les trois personnes ont été embarquées dans un fourgon de police, et les manifestants sont restés de longues minutes devant ce métro, au milieu des immeubles, sous les yeux de riverains pas franchement habitués à croiser des manifestants, comme l'explique ce jeune homme. 

"Au début, j'étais chez moi, j'ai entendu crier, et je suis descendu voir. C'est la première fois que ça arrive. Les "gilets jaunes", je ne les vois qu'au centre-ville. Ici, généralement, quand on voit les policiers, c'est à cause des dealers de drogue..."

Redouane, un autre riverain, estime quant à lui que les "gilets jaunes" n'ont pas vraiment leur place ici. "Les gens d'ici ne sont pas franchement concernés. Parce que nous, quand on demande des choses, personne ne vient manifester avec nous. Les gars du quartier, ils sont oubliés depuis longtemps. Et si on manifeste, la police va nous taper dessus. Donc on ne s'en mêle pas."

Une manifestation sans débordement

Après cela, les "gilets jaunes" restants sont repartis en métro. Au final, pas de casse, pas de débordement, et une journée "tranquille", de l'aveu même de certains policiers présents sur place. Bref, rien à voir avec la semaine précédente. La manifestation s'est achevée dans le calme peu après 17 heures.