Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'acte 22 des gilets jaunes s'est déroulé dans le calme contre la loi anti-casseurs à Montpellier

samedi 13 avril 2019 à 19:24 Par Louise Thomann, France Bleu Hérault

Près de 2000 personnes ont manifesté dans le calme samedi 13 avril, pour l'acte 22 des gilets jaunes. Une vingtaine d'organisations, associations, syndicats, partis politiques, faisaient partie du cortège, pour protester contre la loi anti-casseurs passée jeudi au journal officiel.

Au son des tambours et du biniou, les gilets jaunes et les organisations syndicales et politiques ont défilé dans le calme.
Au son des tambours et du biniou, les gilets jaunes et les organisations syndicales et politiques ont défilé dans le calme. © Radio France - Louise Thomann

Montpellier, France

Les rues montpelliéraines étaient jaunes samedi 13 avril. Et chose assez rare, les drapeaux syndicaux étaient présents. Pour l'acte 22, une cinquantaine d'associations, partis et syndicats avaient appelé à la mobilisation au niveau national, dont une vingtaine présentes à Montpellier. Elles dénoncent la loi anti-casseurs, passée au journal officiel jeudi 11 avril, et demandent son abrogation.

Pas de gaz lacrymogène cette fois ci

Malgré les nouvelles mesures de cette loi, notamment la création du délit de dissimulation volontaire du visage, passible d'un an de prison et 15 000 euros d'amende, les manifestants n'ont pas changé leurs habitudes. Certains portent un foulard pour ne pas être reconnus de leurs proches ou de leurs employeurs. D'autres sont plus équipés. Frédérique et Ludo, gilets jaunes sur le dos, et masque de chantier autour du cou, sont venus bien préparés. "Je vais pas me bousiller la santé à respirer du gaz lacrymogène, à cause d'une loi qui a été votée pour empêcher les gens de manifester!" tempête Frédérique. 

Mais de gaz lacrymogène, il n'y en a pas eu cette fois. La manifestation s'est terminée dans le calme aux alentours de 18 heures.