Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Action coup de poing de Greenpeace à la centrale du Tricastin

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu, France Bleu Vaucluse

Des militants anti-nucléaire se sont introduits dans l'enceinte de la centrale ce vendredi matin pour dénoncer le vieillissement et la dangerosité du site en ce jour anniversaire des 40 ans de la mise en service du réacteur n°1. Les gendarmes sont intervenus.

Les militants de Greenpeace sont entrés sur le site un peu après 7h
Les militants de Greenpeace sont entrés sur le site un peu après 7h - Greenpeace

17 heures 30 : Les 34 militants de Greenpeace vont passer la nuit en garde à vue. Ils ont été arrêtés pour intrusion en réunion sur un site nucléaire. Ils devraient être déférés ce samedi devant le parquet de la Drôme qui décidera des suites judiciaires.

14 heures : dans un communiqué, EDF "condamne l’intrusion d’individus dans la centrale de Tricastin. L’intrusion a immédiatement été détectée par les équipes de sécurité du site et le peloton spécialisé de protection de la gendarmerie, présent 24h/24 sur la centrale, les a interceptés. Aucune intrusion n’a eu lieu dans la partie nucléaire des installations. Cette intrusion n’a eu aucun impact sur la sûreté des installations. Il s’agit d’une infraction qui donnera lieu à un dépôt de plainte. EDF condamne avec vigueur les actions d'un mouvement multipliant les illégalités"

13 heures : la gendarmerie et le Procureur de la République de la Drôme ont fait le point lors d'un échange avec la presse.

"90 gendarmes de la Drôme et du Vaucluse ont été mobilisés" explique le lieutenant-colonel Christophe Bentzinger, commandant en second de la gendarmerie de la Drôme, "des effectifs complétés par des unités spécialisées prépositionnées sur les sites nucléaires. Le PSPG, présent en permanence sur site, a pour mission de procéder dès la détection à un gel de la situation : c'est à dire non pas d'empêcher une intrusion sur les zones les moins sensibles du site, mais d'empêcher une atteinte aux infrastructures les plus sensibles. Ce qui a été le cas ce matin." 

Ils ont fracturé la première clôture avec du matériel. Alex Perrin, Procureur de la République

Le Procureur de la République, Alex Perrin, précise qu'il n'y a pas eu de dégradations à l'intérieur du site, pas de tags retrouvés. Mais un grillage d'enceinte a été endommagé : "ils ont fracturé la première clôture avec du matériel : des disqueuses, des pinces coupantes, des petits tractopelles. Ils ont pénétré sur le premier niveau de la centrale, jusqu'au bâtiments administratifs. Ils n'ont pas été sur le niveau pas le plus exposé de la centrale."

34 militants Greenpeace sont en garde à vue poursuit Alex Perrin, "sur une qualification prévue par les textes. Le fait de pénétrer de façon non autorisée dans une enceinte nucléaire est une infraction pénale, qui est aggravée lorsqu'elle est commis en réunion et avec des dégradations."

"Ils ont fracturé la première clôture d'enceinte, mais n'ont pas été au niveau le plus exposé de la centrale" Alex Perrin, Procureur de la République de la Drôme

10 heures 30 : EDF Tricastin précise que les militants de Greenpeace ne sont "à aucun moment rentrés en zone nucléaire". 26 activistes ont été bloqués par la sécurité sur la partie administrative du site. 8 autres militants étaient eux encore à l'extérieur du site. "A aucun moment la sûreté des installations n'a été remise en cause" souligne EDF Tricastin. 

Infographie sur le site nucléaire du Tricastin fournie par EDF
Infographie sur le site nucléaire du Tricastin fournie par EDF - EDF Tricastin
Une banderole déployée côté bâtiments réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) par des militants de Greenpeace
Une banderole déployée côté bâtiments réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) par des militants de Greenpeace - Greenpeace

9 heures 30 : la gendarmerie a interpellé 34 personnes. Elles doivent être placées en garde à vue. Le procureur de la République est attendu sur place.

8 heures 45 : Selon la gendarmerie, une vingtaine de personnes ont été interpellées et 4 activistes sont encore sur le site , installés sur un pylône. Contactée, la direction de la centrale nucléaire n'a pas encore réagi.

Action des militants de Greenpeace sur la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) ce vendredi 21 février
Action des militants de Greenpeace sur la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) ce vendredi 21 février - Greenpeace

8 heures 30 : Sur France Bleu Drôme Ardèche , Alix Mazounie, porte-parole énergie de Greenpeace France, "une cinquantaine d'activistes ont entamé le démantèlement symbolique de la centrale parce qu'elle a quarante ans d'activités et que le réacteur numéro 1 fête même ses quarante ans aujourd'hui." Selon elle, "il est urgent d'entamer un processus de fermeture car il serait dangereux qu'elle fonctionne plus longtemps." 

Alix Mazounie, de Greenpace : "fermer Fessenheim ne suffira pas"

Les militants de Greenpeace lors de leur action ce 21 février à la centrale de Tricastin.
Les militants de Greenpeace lors de leur action ce 21 février à la centrale de Tricastin. - © Greenpeace

"Centrale périmée" : slogan d'un banderole déployée ce vendredi matin à la centrale nucléaire du Tricastin dans la Drôme. Des militants sont entrés sur le site peu après 7 heures pour dénoncer la vétusté de cet équipement dont deux réacteurs doivent être stoppés d'ici 2035. Les gendarmes sont en cours d'intervention. L'action se déroule alors que le processus d'arrêt définitif de la centrale de Fessenheim en Alsace va être lancé ce vendredi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess